Une résidence de la noblesse gauloise

Le camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d'Armor)

Scientific editor Yves Menez

:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Dès les premières fouilles réalisées en 1988, préalablement à la construction d'une route, le site de Paule est apparu comme différent de la plupart des habitats gaulois jusqu'alors étudiés. La découverte d’une première sculpture, la taille des clôtures et l’abondance des tessons d’amphores ont conduit très rapidement à poser l’hypothèse, jamais démentie depuis, qu’il s’agissait d’une résidence de l’aristocratie gauloise. La mise au jour d’un tel site ouvrait un champ de recherche jusqu’alors inexploré. Alors que les travaux se poursuivaient dans le cadre de recherches programmées chaque été, deux articles ont été publiés (Menez, Arramond 1997 ; Menez 1999) afin de présenter quelques caractéristiques essentielles de cet habitat si particulier, devenu un temps encombrant car on cherchait son équivalent ailleurs, sans que les indices soient toujours suffisants.

Une vingtaine d’années : c’est le temps qui, en définitive, a été nécessaire à l’extension des fouilles sur une superficie permettant de comprendre l’organisation et l’évolution de cet habitat. Ce travail s’est révélé complexe du fait de l’étendue du site, insoupçonnée au début des recherches, et de la succession des occupations durant près de six siècles au même endroit. Il a fallu ensuite un long temps d’étude et de mûrissement pour autoriser une vue d’ensemble et des hypothèses crédibles.

Les vestiges mis au jour ne sont pas très spectaculaires, car il s’agit le plus souvent de fondations de bâtiments ou de clôtures en bois et terre dont l’essentiel a aujourd’hui disparu. Elles n’apparaissent, une fois la terre arable enlevée, que sous la forme de taches de coloration et de consistance légèrement différentes du sous-sol, qui se transforment en autant de trous, de fosses ou de fossés une fois fouillées.

Afin de rendre accessible ce livre aux archéologues ou historiens peu familiarisés avec de tels vestiges, nous nous sommes efforcé d’écrire en français courant, en évitant si possible, avec l’aide de Nelly Le Masne de Chermont, d’utiliser des termes inappropriés ou trop spécialisés. Toujours dans ce souci de parler au plus grand nombre, la chronologie est ici exprimée en siècles, et non selon les systèmes allemands ou français fondés sur l’étude de la nécropole de Hallstatt, en Autriche, et de La Tène, en Suisse, affinés ensuite par l’étude des nécropoles champenoises puis par celle de nombreux autres sites.

Toujours dans ce souci d’alléger le discours, la description des vestiges repose sur un corpus de figures codifiées, où seules sont conservées les indications nécessaires à la compréhension des faits observés ou des lots d’objets recueillis. Loin de constituer un simple accompagnement du texte, ces figures ont été conçues pour permettre au lecteur de se faire une idée aussi juste que possible des données prélevées et des argumentations développées. Elles bénéficient de surcroît de légendes traduites en anglais, ce qui devrait permettre au lectorat ne maîtrisant pas le français d’utiliser cet ouvrage.

Les phases successives d’évolution de cet habitat, ainsi que quelques bâtiments ou dispositifs particuliers, ont par ailleurs fait l’objet d’essai de restitutions, fondées sur l’analyse détaillée des vestiges et, pour celles qui sont en couleur, sur la modélisation informatisée des élévations sur la base d’un modèle numérique de terrain. Ce travail nous a conduit à revoir certaines hypothèses de travail, crédibles sur plan, mais qui ne l’étaient plus lorsqu’il a fallu restituer les élévations. Les vues sont volontairement larges, car l’érosion des vestiges et l’état des connaissances ne permettent pas le plus souvent de détailler chaque construction. Le nombre des paramètres inconnus ou hypothétiques reste donc grand, mais ces images évoquent néanmoins assez bien le site tel que je l’imagine, à l’issue de ces décennies de travail. Elles portent un discours qui devrait permettre, au chercheur comme à un plus large public, de comprendre les principales évolutions de cet habitat.

Paule me semble être un site emblématique, dont l’étude justifiait cet investissement. Il y a des opérations essentielles, qui font progresser les connaissances dans un domaine jusqu’alors ignoré de la recherche. Tous les sujets, en effet, ne se valent pas. Il ne suffisait pas, toutefois, de constater et de décrire l’évolution de cet habitat, et de livrer la documentation la plus complète et la plus objective possible. Encore fallait-il se risquer à des interprétations, s’engager, et intégrer les phénomènes observés à Paule dans les transformations de l’habitat constatées sur un territoire plus large, englobant les Gaules Belgique et Celtique. Puis, au-delà de ces réflexions sur l’habitat, encore fallait-il, à chaque étape, se poser la question « pourquoi?», qui renvoie inévitablement à la structure de la société, à l’importance de la famille, du lignage et à la mise en place des institutions.

Je suis de ceux qui défendent la nécessité d’études exhaustives de sites, dotées des moyens et du temps nécessaire permettant d’aboutir à des monographies soigneusement documentées. L’étude des habitats de Plouër-sur-Rance (Menez 1996) et de Paule, initiées par une fouille préventive et poursuivies dans le cadre d’opérations programmées, s’inscrit dans ce cadre. Il ne s’agit pas ici d’opposer une modélisation fondée sur des données multiples, issues des prospections, de sondages et de fouilles partielles, à des études aux fondements mieux établis, mais sur un nombre de sites limité. Il s’agit plutôt de confronter les modèles à la réalité de l’histoire de certains sites, afin de mesurer les biais méthodologiques susceptibles de les entacher. Il s’agit également de dépasser les faits bruts, ceux qui sont le plus souvent transmis dans les rapports, pour, s’appuyant sur eux, proposer des mises en perspectives permettant de mesurer l’apport des recherches à la connaissance des sociétés. Les découvertes spectaculaires effectuées par l’archéologie contemporaine, pour l’essentiel dans le cadre d’opérations préventives, ne prendront en effet de sens que si elles sont corrélées à l’ensemble des données disponibles, dans un cadre méthodologique affiné et une définition plus précise des phénomènes sociaux étudiés.

Titre Une résidence de la noblesse gauloise
Sous-titre Le camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d'Armor)
Édition Première édition
Scientific editor Yves Menez
Éditeur Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris
BISAC Classifications thématiques ANT000000 ANTIQUES & COLLECTIBLES
HIS000000 HISTORY
BIC Classifications thématiques R Earth sciences, geography, environment, planning
J Society & social sciences
T Technology, engineering, agriculture
Dewey (abrégé) 900-999 History, geography, (& biography)
300-399 Social sciences
600-699 Technology
Public visé 05 Enseignement supérieur
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 4117 Archéologie
Date de première publication du titre 10 juin 2021
ONIX Adult Audience Rating      01 Tout public adulte
Avec Bibliographie ; Notes
Support Livre broché
Nb de pages 416 p. Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2735125580
ISBN-13 9782735125586
Référence 124569-02
Date de publication 10 juin 2021
Publication , France
Nombre de pages de contenu principal 416
Illustrations
14 illustrations, noir et blanc
345 illustrations, couleur
1 bibliography
Format 30 x 30 x 4 cm
Poids 800 gr
Prix 76,00 €
 
124569-02


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :