Théorie critique de la propagande



Théorie critique de la propagande


Directeurs éditoriaux Pierre-François Noppen, Gérard Raulet

:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


La publication en 2013 d'une version reconstruite du texte de Kracauer Die totalitäre Propaganda (1937-1938) a renouvelé la perception que l’on pouvait avoir de cette dimension de son œuvre et de son apport à une « théorie critique de la propagande ». La réflexion sur la propagande s’inscrit dans le contexte plus vaste de l’élaboration par les exilés allemands, au tournant des années 1930-1940, d’une grille de lecture du national-socialisme, vu comme une pathologie de la modernité, ainsi que dans celui des grands projets de recherches américains sur la propagande nazie (auxquels Adorno et Kracauer ont été associés). Au sein de la nébuleuse de la « Théorie critique » Kracauer exprime, comme Benjamin, un point de vue à certains égards dissonant. À rebours d’une approche qui insiste surtout sur la continuité entre capitalisme et nazisme, il se montre particulièrement sensible à la séduction esthétique du fascisme, et à sa mise en scène d’une réalité de substitution, qui est selon lui l’expression d’une fuite en avant nihiliste: ses analyses concrètes ne portent pas tant sur les contenus du message que sur le langage même de la propagande, et la vision de la société et de l’histoire qu’elle véhicule, dans sa forme même. Le débat complexe qui se développe à cette époque entre Adorno, Benjamin et Kracauer met notamment en œuvre les catégories de « fétichisme » (Adorno), de « fantasmagorie » et d’« esthétisation du politique » (Benjamin), d’« apparence » et de « pseudo-réalité » (Kracauer). Il présente en premier lieu un intérêt historique, en tant que l’analyse du nazisme constitue pour le projet d’une théorie critique une mise à l’épreuve, qui suscite de vifs débats internes et aboutit chez Adorno et Horkheimer, dans la Dialectique de la raison (1944-1947), à une reformulation de ce projet. Mais dans un contexte aujourd’hui bien différent, les thèmes qui sont débattus entre ces protagonistes, comme celui de la dérive autoritaire du libéralisme, des manipulations de masse, de la construction médiatique du réel n’ont rien perdu de leur actualité.

Titre Théorie critique de la propagande
Édition Première édition
Directeurs éditoriaux Pierre-François Noppen, Gérard Raulet
ISSN 21054584
Éditeur Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris
BISAC Classifications thématiques HIS000000 HISTORY
BIC Classifications thématiques J Society & social sciences
Dewey (abrégé) 900-999 History, geography, (& biography)
100-199 Philosophy and psychology
Public visé 01 Grand public
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3081 Sciences sociales
Date de première publication du titre 19 novembre 2020
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: NH,QD
 
Support Livre broché
Nb de pages 288 p.
ISBN-10 2735126919
ISBN-13 9782735126910
Référence 124701-02
Date de publication 19 novembre 2020
Nombre de pages de contenu principal 288
Illustrations
illustrations, noir et blanc
Format 16,2 x 24 cm
Poids 500 gr
Prix 29,00 €
 
Support PDF
Nb de pages 288 p.
Details de produit PDF
ISBN-10 2735126927
ISBN-13 9782735126927
Référence PDF001360-02
Formats associés Publication numérique basée sur (édition papier) GTIN-13 - (EAN 13) 9782735126910
Date de publication 19 novembre 2020
Protection technique e-livre Aucun
Nombre de pages de contenu principal 288
Prix 20,30 €
 
124701-02


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :