Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande

Lieux de pouvoir - Rivalités de pouvoirs
Jean-Paul CAHN,Stefan MARTENS,Bernd WEGNER
Date de publication
17 septembre 2013
Résumé
Confrontée à un passé bien lourd, d'abord privée de sources, l'historiographie allemande s'est libérée peu à peu de la perception qu'avaient eue les contemporains des réalités du Troisième Reich. Comme toute gestion mémorielle des crises graves et des époques criminelles, l'histoire de la période 1933-1945 fut d'abord écrite en marge d'une opinion plus soucieuse de tourner la page que de se souvenir. En mettant spectaculairement en évidence la responsabilité des fonctionnaires, les grands procès des années 1960 (Eichmann, Einsatzgruppen, Auschwitz) alimentèrent la contestation par la jeune génération du passé de leurs pères. Des fictions, des polémiques relayées par les médias et des expositions spectaculaires contribuèrent à la prise de conscience. Tel fut par exemple ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
32.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 20130917
ISBN 9782757405819
EAN-13 9782757405819
Référence 116684-54
Nombre de pages de contenu principal 400
Format 16 x 24 x 0 cm
Poids 652 g

Introduction
Jean-Paul Cahn Stefan Martens, Bernd Wegner

Première partie. Le Führerstaat

Introduction
Norbert Frei

Hitler en tant que dictateur : la place du " Führer " dans le système de pouvoir national-socialiste
Hans Mommsen

Le NSDAP et la " Communauté de peuple ", 1933-1945
Armin Nolzen

Genèse et structure des camps de concentration nationaux-socialistes
Karin Orth

La justice politique sous le régime nazi
Jürgen Zarusky

Deuxième partie. Politique étrangère

Introduction
Michael Jonas

Perte de pouvoir et fonctions en mutation : l'Auswärtiges Amt sous le Troisième Reich
Eckard Michels

La Volkstumspolitik sous le Troisième Reich
Tammo Luther

La marche d'Hitler vers la guerre ? La remilitarisation de la Rhénanie en 1936
Helmut-Dieter Giro

"Munich", charnière entre révision de Versailles et expansionnisme
Fritz Taubert

Troisième partie. Économie et armement

Introduction
Rolf-Dieter Müller

Entre marché et politique : les entreprises sous le Troisième Reich
Johannes Bähr

Le " Nouvel Ordre " du " grand espace économique " européen. Projets allemands et réalité
Dietrich Eichholtz

Exista-t-il un miracle allemand de l'armement durant la Deuxième Guerre mondiale ?
Jonas Scherner, Jochen Streb

Quatrième partie. La Wehrmacht et la conduite de la guerre

Introduction
Sönke Neitzel

Puissance en armes
Klaus-Jürgen Müller †

La " guerre éclair prise dans les glaces ". L'échec du concept opératif de guerre éclair pendant la campagne de 1941 contre l'Union soviétique
Bernhard R. Kroener

Les généraux, le régime national-socialiste et la guerre à l'Est
Johannes Hürter

La Wehrmacht dans la guerre des idéologies : l'Armée de terre et les ordres criminels d'Hitler sur le front de l'Est
Felix Römer

Cinquième partie. Politique d'occupation et d'anéantissement

Introduction
Birthe Kundrus

La persécution et le massacre des Juifs d'Europe par le régime nazi : approche globale de la question
Peter Longerich

L'occupation allemande et les crimes de masse en Europe de l'Est
Dieter Pohl

Travail forcé dans l'Europe occupée
Mark Spoerer

Acteurs de la barbarie : images, profils et réalités. Résultats de la recherche récente sur les responsables de l'Holocauste
Gerhard Paul

Les auteurs

Confrontée à un passé bien lourd, d'abord privée de sources, l'historiographie allemande s'est libérée peu à peu de la perception qu'avaient eue les contemporains des réalités du Troisième Reich. Comme toute gestion mémorielle des crises graves et des époques criminelles, l'histoire de la période 1933-1945 fut d'abord écrite en marge d'une opinion plus soucieuse de tourner la page que de se souvenir. En mettant spectaculairement en évidence la responsabilité des fonctionnaires, les grands procès des années 1960 (Eichmann, Einsatzgruppen, Auschwitz) alimentèrent la contestation par la jeune génération du passé de leurs pères. Des fictions, des polémiques relayées par les médias et des expositions spectaculaires contribuèrent à la prise de conscience. Tel fut par exemple le cas de la présentation au grand public des crimes de la Wehrmacht, qui détruisit le mythe d'une armée noble comparée à des SS responsables de tous les maux.Las d'une république en crise endémique l'électorat du Reich avait attendu des solutions miracles d'un homme providentiel. Mais selon une formule célèbre, les Allemands de 1932 n'ont voté ni pour la guerre, ni pour Auschwitz. Ils ont pourtant eu l'un et l'autre – et le nazisme en fit des instruments de son pouvoir. Quand ils en prirent conscience, il était trop tard. L'impossibilité d'agir autrement ne fut pas la seule raison de l'adhésion au régime jusque dans sa dimension criminelle. La lecture actuelle est beaucoup plus nuancée.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire