Figures de l'art, n° 20/2011



Figures de l'art, n° 20/2011

Le syndrome de Venise, la biennalisation de l'art contemporain

Coordination éditoriale de Bernard Lafargue

:: Résumé    :: Détails


Depuis quelques décennies, le monde (de l'art) vit au rythme des biennales d'art contemporain. S'inspirant de la Biennale di Venezia, lancée en 1895 par une ville qui, au bord de la ruine, sent que son salut est de devenir La Città dell'Arte, les grandes villes rivalisent d’ingéniosité pour organiser des biennales capables de réunir, sous la houlette de curators en vogue, des œuvres venues du monde entier.
Notre monde (de l’art) est tout autant l’effet que la cause de cette biennalisation pacifiée et enjouée qui, invitant les hommes des cinq continents à venir se faire adouber citoyens festivaliers d’un même monde de l’art contemporain, a succédé au temps liturgique et guerrier des grandes cérémonies religieuses et politiques. Les jolies cartes postales d’Aleksandra Mir, qui font de milliers de villes d’eau des « Venezia » au cœur sérénissime, célèbrent avec un humour délicieusement kitsch la nouvelle bulle, Urbi et Orbi, de ce monde « vénisé » de l’art contemporain. Elles nous donnent à voir, dans le double take d’un trompe-l’œil photographique dont John Baldessari est assurément le grand maître, que nous sommes tous des « veni etiam » ; des « revenants vénitiens », qui tournent en rond(e) sans fin, en proie au « syndrome de Venise ». L’hédoniste : « Visse, scrisse, amò » de Stendhal a heureusement remplacé l’impérial : « Veni, vidi, vici » de César.
C’est cette nouvelle manière de faire des mondes de l’art capables de cohabiter au sein d’un même monde de l’art, qu’a tout particulièrement mise en évidence la 53e biennale de Venise, à laquelle Daniel Birnbaum a donné pour thème : Fare Mondi/Making Worlds. Partant des œuvres exposées lors de cette biennale paradigmatique, ce vingtième numéro de Figures de l’art montre pourquoi et comment la biennalisation est devenue, dans un monde où tout peut être de l’art et tout un chacun artiste ou esthète, le mode d’être d’un art mondialisé qui nous rend contemporains, sinon encore confrères ou compagnons.
Articles de Paul Ardenne, Sylvie Castets, Jean-Pierre Cometti, Bernard Lafargue, Sylviane Leprun, Sandra Métaux, Annabelle Munoz-Rio, Nicolas Nercam, Louise Poissant, Marie-Dominique Popelard, Christophe Puyou, Corinne Rondeau, Christian Ruby, Hélène Sirven, Ronald Shusterman, Evelyne Toussaint, Didier Valhère et Jeanette Zwingenberger.

site web : www.presses-univ-pau.fr

Titre Figures de l'art, n° 20/2011
Sous-titre Le syndrome de Venise, la biennalisation de l'art contemporain
Édition Première édition
Partie du titre Numéro 20
Coordination éditoriale de Bernard Lafargue
ISSN 12650692
Éditeur Presses de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour
Mots clés Esthétique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
Date de première publication du titre 09 octobre 2011
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: J
Support Livre broché
Nb de pages 286 p.
ISBN-10 2353110258
ISBN-13 9782353110254
Référence 114039-84
Date de publication 09 octobre 2011
Nombre de pages de contenu principal 286
Format 17 x 24 x 1,5 cm
Poids 700 gr
Prix 27,00 €
 
114039-84


 

 

 

Autres titres dans...

la revue :


les domaines :


autre suggestion :

Product image
Auteurs divers
Domitia, n°4/2003
Histoire religieuse – Histoire de l'art