Auteur en quête d'éditeurs ? (Un)

Histoire éditoriale de l'oeuvre de Montesquieu (1748-1964)
Catherine VOLPILHAC-AUGER
Date de publication
11 juillet 2011
Résumé
Selon Montesquieu, L'Esprit des lois a été " estropié " plutôt qu'imprimé à Genève en 1748. Les années suivantes le voient tenter de corriger les nombreuses éditions qui se succèdent et se concurrencent dans toute l'Europe. On suit ici, grâce à une enquête menée à travers des correspondances, des archives, mais surtout des dizaines de bibliothèques, l'histoire mouvementée d'une œuvre qui présente d'innombrables difficultés textuelles, toujours présentes dans les éditions disponibles aujourd'hui. Ce n'est que le premier pas d'une étude qui, remettant en cause ce qu'on croyait parfaitement établi, conduit jusqu'aux éditions les plus récentes des Œuvres complètes de Montesquieu : que sont devenus ses manuscrits, une fois dans les mains de son fils ? quel rôle a joué son pe ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
38.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 11 juillet 2011
ISBN 9782847882414
EAN-13 9782847882414
Référence 113321-46
Nombre de pages de contenu principal 448
Format 15 x 23 x 3 cm
Poids 772 g

Introduction — Parlez-vous le Montesquieu?

PREMIERE PARTIE — LES PREMIERES EDITIONS DE L'ESPRIT DES LOIS : UNE HISTOIRE A RELIRE

Chapitre I — Le début de l'histoire : impression, réimpression et errata
Quelle date pour la réimpression parisienne ? • La question des errata

Chapitre II — La piste des errata
L'errata à quarante-sept corrections • Les errata à trente-cinq et à quarante corrections • Premières conclusions à tirer des errata

Chapitre III — D'Amsterdam à Genève
Les " nouvelles éditions " de Genève • Retour à Amsterdam

Chapitre IV — Retour à Paris
D'une demande l'autre • Une in-quarto et une in-douze • Quelle in-douze ? • Les errata de la mi-avril • Retour à l'in-douze : les pièces annexes • L'édition in-douze d'" Amsterdam, Chatelain " • L'in-octavo d'Édimbourg • L'édition in-douze de Huart et Moreau (1750) • Conclusions

Chapitre V — Jacob Vernet, éditeur ou auteur de L'Esprit des Lois?
Un secret mal gardé : " M. de l'Esprit " • Les échanges entre Bordeaux et Genève • Le français de Genève?

DEUXIEME PARTIE — UN SI LONG SOMMEIL… MANUSCRITS ET EDITIONS DE MONTESQUIEU DE 1750 A 1889

Chapitre VI — " Vuider le sac " ? Les premières publications posthumes (1755-1758)
L'édition posthume de L'Esprit des lois • Petite énigme autour des Romains • Un tombeau à édifier : les Œuvres de 1758

Chapitre VII — Le tombeau de La Brède (1759-1795)
Les Lettres familières (1767) • Les Œuvres posthumes (1783) • Les Pensées (1787)

Chapitre VIII — L'offensive des libraires parisiens
(1795-1796)
La fin de l'ère Secondat • Les discours académiques • Montesquieu en majesté?? Les éditions Plassan (1796-1798)

Chapitre IX — Œuvres complètes ou œuvres complétées? (1759-1875)
Le devenir des manuscrits • Le travail philologique • Montesquieu et alii • Critique d'un anonyme • Bastien et le Dictionnaire historique • La main d'Helvétius • Varia et variorum

Chapitre IX — Le temps de la maturité : Laboulaye (1875-1879)
Affinités électives • La distance critique • L'œuvre ou les œuvres?

TROISIEME PARTIE — UNE ERE NOUVELLE (1889-1964)

Chapitre XI — Vers la publication des inédits (1825-1890)
Des éditeurs fantômes : Lainé et Martin • Dans les limbes • Une consultation anonyme • Rara avis : un bénédictin laïc • Les Bibliophiles sans les Bibliophiles?

Chapitre XII — Blanc. Les publications des Bibliophiles de Guyenne (1891-1914)
Deux Opuscules de médiocre mémoire • D'éblouissants Mélanges • Le temps des Voyages • Le choc des Pensées • Un épisode imprévu • La Correspondance introuvable

Chapitre XIII — Bleu. Montesquieu en Pléiade
Préhistoire d'une édition • Des manuscrits et des livres • Une édition toujours à venir • Caillois : le retour • Ce que contient – et ne contient pas – le livre

Chapitre XIV — Or. Masson et Nagel : de nouveaux bibliophiles?
Au cœur de l'entreprise : la bibliothèque de Bordeaux • Un nouveau regard sur les manuscrits • Le doute s'installe • Fautes lourdes • Quel bilan?

Chapitre XV — Rouge. Montesquieu au risque de l'Intégrale
Les ambiguïtés d'une entreprise de vulgarisation • Incohérences ou volonté délibérée? • Fidèle, trop fidèle

Conclusion — Maior e longinquo reuerentia

 

Selon Montesquieu, L'Esprit des lois a été " estropié " plutôt qu'imprimé à Genève en 1748. Les années suivantes le voient tenter de corriger les nombreuses éditions qui se succèdent et se concurrencent dans toute l'Europe. On suit ici, grâce à une enquête menée à travers des correspondances, des archives, mais surtout des dizaines de bibliothèques, l'histoire mouvementée d'une œuvre qui présente d'innombrables difficultés textuelles, toujours présentes dans les éditions disponibles aujourd'hui. Ce n'est que le premier pas d'une étude qui, remettant en cause ce qu'on croyait parfaitement établi, conduit jusqu'aux éditions les plus récentes des Œuvres complètes de Montesquieu : que sont devenus ses manuscrits, une fois dans les mains de son fils ? quel rôle a joué son petit-fils, quand ils constituaient une intéressante monnaie d'échange ? Au-delà, on découvre les conséquences des contraintes matérielles ou des partis pris, parfois dissimulés, des éditeurs : de Plassan à Laboulaye ou Caillois, de la monumentale édition des Bibliophiles de Guyenne qui révèle les archives de La Brède à l'économique " Intégrale ", c'est la notion même d'éditeur scientifique qui est passée au crible.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire