Wilderness et Western



Wilderness et Western

L'Ouest fictionnel chez Gustave Aimard et Emilio Salgari


:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Introduction

Première séquence : deux imaginaires de l'Ouest

1. Les imaginaires de l'Ouest : hypothèse supra-générique et comparatiste

2. L’imaginaire wilderness

2.1. Un moment d’histoire : la Nouvelle-France
2.1.1. Les débuts de l’empire français et le marché des pelleteries
2.1.2. Des pelleteries en Huronie aux coureurs des bois
2.1.3. La Louisiane : un Ouest français
2.1.4. Des colonies mal peuplées
2.1.5. Le Middle Ground et l’alliance franco-indienne
2.1.6. La fin de la Nouvelle-France : nostalgies et imagerie culturelle
2.1.7. Une « présence française » en Amérique à travers les âges ?

2.2. Un moment de la pensée : le Bon Sauvage

2.3. Un moment esthétique : wilderness et romantisme
2.3.1. Atala et ses épigones
2.3.2. James Fenimore Cooper, un Américain à Paris
2.3.3. L’Ouest wilderness dans la poésie et les beaux-arts

3. L’imaginaire western

3.1. Un imaginaire en tension avec l’histoire

3.2. Un imaginaire de cimentage national

3.3. Un imaginaire mythisant : les images de la volonté
3.3.1. À la Conquête de la terre : les rêveries du travail
3.3.2. La route westernienne comme téléologie imaginaire
3.3.3. Le cheval, instrument de conquête terrestre
3.3.4. Le gigantisme du train, cheval de fer de la Conquête
3.3.5. D’autres rêveries ? La recherche de l’or ou le complexe de Suter

Séquence II : Gustave Aimard et le wilderness

1. D’Olivier Gloux à Gustave Aimard : entre fantasmes biographiques et rêve français

1.1. Fantasmes personnels, rêves d’une génération
1.1.1. De la naissance aux voyages
1.1.2. Le Mexique et la brève espérance d’Amérique française (1840-1860)
1.1.3. La génération littéraire du « moment mexicain »
1.1.4. Aimard sur les traces d’une « présence française »

1.2. Aimard romancier
1.2.1. Un écrivain sorti de l’ombre
1.2.2. Les Trappeurs de l’Arkansas et Les Bandits de l’Arizona : antipodes d’une production

2. Bréviaire poétique de l’aventure wilderness

2.1. Le chronotope de la Prairie
2.1.1. Fictions sans géographie et sans histoire
2.1.2. L’Ouest assimilé dans l’histoire européenne des formes : la Prairie comme chronotope

2.2. Hasard et logique indiciaire dans l’aventure wilderness
2.2.1. La Prairie, terre de hasard et de rencontres
2.2.2. L’hypothèse indiciaire : un idéal narratif
2.2.3. L’indiciaire chez Gustave Aimard : une « lutte des traces » ?
2.3. Le trappeur wilderness et la France

2.3.1. Naissance et latences du trappeur littéraire (1820-1850)
2.3.2. Le trappeur, héros du wilderness français
2.3.3. Aimard et le trappeur chevaleresque

2.4. Pirouettes et réversibilités de l’Indien dans l’aventure wilderness
2.4.1. La réversibilité de l’Indien
2.4.2. Les pirates des prairies comme antagonistes radicaux
2.4.3. Le Comanche et l’Apache, ou la bipartition de l’Indien

2.5. Le docteur et la femme, ou quand les inadaptés exotisent l’espace
2.5.1. Le médecin naturaliste, ou la science marginalisée
2.5.2. La femme, faible et contemplative

Séquence III : de wilderness en western (1870-1900)

1. La Conquête de l’Ouest : une destinée manifeste « concrétisée »

1.1. Des transports, des villes, des ranches et des armes
1.2. Une civilisation et son mythe… au détriment de l’Indien

2. Naissances du western aux États-Unis

2.1. Les dime novels, ou le mythe en fascicules populaires

2.2. Buffalo Bill, les West Shows, ou le mythe spectacularisé
2.2.1. Buffalo Bill (1846-1917) : l’homme et sa légende
2.2.2. Les West Shows : un prêt-à-rêver itinérant
2.2.3. D’Omaha à Paris, de Paris à Vérone : le Buffalo Bill’s Wild West à la conquête de l’Europe

2.3. Roosevelt, Remington et Wister : un triumvirat westernien dans l’Est cultivé

3. L’Ouest (re)vu de France : une période de latence imaginaire (1880-1890)

3.1. Chant du cygne du roman wilderness et nouveaux récits de voyage
3.1.1. Déclin d’Aimard et obsolescence de l’imaginaire sauvage
3.1.2. Le nouveau récit de voyage au Far West (1870-1890)

3.2. L’Ouest touristique de Louis Boussenard
3.2.1. Le regard français, ou la levée des masques de la Conquête
3.2.2. Des « présences françaises » au paradigme touristique

Séquence IV : Far West et tragédie chez Salgari

1. Le cycle du Far West, saga au crépuscule d’une œuvre

1.1. Les « voyages » du Capitaine Salgari et ses dernières années

1.2. Salgari et l’Ouest
1.2.1. Une inspiration au confluent des imaginaires
1.2.2. Les récits de l’Ouest d’Emilio Salgari

2. La trilogie du Far West : un cycle westernien

2.1. L’adossement à l’histoire comme condition narrative
2.1.1. Le temps historisé et les reliefs de l’espace
2.1.2. Du trappeur aux westerners : les héros historisés
2.1.3. Du Sauvage au chef de guerre : l’Indien historisé

2.2. Images et narrativité du cheval : quand triomphe l’effraction spatiale

3. Métamorphoses et succédanés wilderness

3.1. Lord Wylmore : repoussoir du touriste, fossoyeur du romantique
3.2. L’île des Atabasks : un autodafé du
wilderness ?

4. Conquête de l’Ouest et répétitions dramaturgiques : vers la tragédie ?

4.1. La Scalpeuse : une Indienne « fin-de-siècle » ?

4.2. Une émergence au tragique
4.2.1. Un esprit par-delà la morale
4.2.2. Du mélodrame à la tragédie

4.3. Western et tragédie : une trilogie de la violence
4.3.1. Aux sources de la violence : l’Alliance brisée et le meurtre du fils
4.3.2. Sulle frontiere del Far-West ou le massacre des Indiens
4.3.3. La Scotennatrice : revanche indienne et majesté westernienne
4.3.4. Far West crépusculaire et extermination dans Le Selve Ardenti

4.4. L’obsession du feu : un effet tragique ?

Conclusion

Épilogue

118056-96


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :