Château des fées de Montcy-Notre-Dame (Le)

Archéologie d'un site de l'an Mil
Jean-Pierre LÉMANT,Cédric MOULIS
Résumé
Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières, sur les premiers contreforts du massif ardennais. Il fut sans doute la résidence principale d'un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d'abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l'ensemble. La destruction du site intervien ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
15.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 20160913
ISBN 9782814302846
EAN-13 9782814302846
Référence 120273-47
Nombre de pages de contenu principal 224
Format 21 x 29.7 x 1.5 cm
Poids 846 g

Remerciements

Le mot du maire

Avant-propos

Introduction

Chapitre 1 – Une histoire dans l'ombre

Chapitre 2 – Les bâtiments et leur évolution

Chapitre 3 – Un mobilier aristocratique

Conclusion

Annexes du chapitre 2

Annexes de l'étude de la faune

Bibliographie

Table des illustrations

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières, sur les premiers contreforts du massif ardennais. Il fut sans doute la résidence principale d'un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d'abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l'ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.Un mobilier bien caractéristique de l'époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d'échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l'Eifel achève de montrer la prééminence d'une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l'est et le nord. L'influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l'ensemble de ces orientations.Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d'ouvrir une fenêtre d'observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l'an Mil.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire