Balzac, suite et fin



Balzac, suite et fin



:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Ce livre raconte la crise d'identité d’un balzacien vieillissant. Il y est question entre autres de l’avenir des études balzaciennes et d’un type de lecture que l’auteur appelle apotropique (de apos, « loin de » et trope, « tour »). Entendons par là que le lecteur, surtout s’il est lecteur professionnel, doit faire attention à ne pas devenir l’esclave de son objet. La lecture est un acte de liberté. S’il cesse d’être libre, le lecteur étouffe. Balzac est mort d’avoir écrit La Comédie humaine ; son œuvre l’a tellement obsédé qu’elle a aussi fini par le tuer. Essayons de ne pas devenir comme lui. L’apotropie peut nous protéger contre ce risque de surinvestissement et d’enfermement monomane. Bonheur du critique institutionnel après avoir jeté son froc aux orties : le monde est soudainement devenu plus ouvert ; il reste des choses à dire sur Balzac, précisément parce qu’on a eu envie d’en finir avec Balzac. L’apotropie est une stratégie délibérément paradoxale.

Titre Balzac, suite et fin
Collection Signes
ISSN 12551015
Éditeur ENS Éditions
CLIL (Version 2013-2019 ) 3643 Essais littéraires
Date de première publication du titre 01 janvier 2004
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: DNL
Support Livre broché
Nb de pages 156 p.
ISBN-10 2-84788-053-4
ISBN-13 978-2-84788-053-3
GTIN13 (EAN13) 9782847880533
Référence L00014-46
Date de publication 01 janvier 2004
Nombre de pages de contenu principal 156
Format 14 x 22 x 1 cm
Poids 229 gr
Prix 22,00 €
 
L00014-46


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :


autre suggestion :

Product image
Antonia Fonyi
Revue des Sciences Humaines, n°270/avril - juin 2003
Mérimée, écrivain