L'empreinte du poing



L'empreinte du poing

La boxe, le gymnase et leurs hommes


:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Introduction : Au corps des boxeurs : résister
« Même si je dois suer mon sang ! »
Un Noble art de la résistance • Qui tu es et où tu vas te donner les moyens d'aller
Avec ceux qui font l'enquête : faire sens
Une approche compréhensive • Observer les boxeurs en chair et en os
Face à l’adversité : porter la résistance au poing
Une épreuve corporelle de la domination • De l’expérience à l’existence : les matériaux d’une « description dense »
Du corps à la chair : le sens des coups
Entrer dans la culture des boxeurs • Les étapes d’une lecture

Première partie : En privé : là où résonnent les coups

1.     L’étranger : portrait du pugiliste en jeune homme
Le « petit monde » des boxeurs
Au gymnase : entre soi ?
D’une salle d’entraînement à l’autre
Boxeurs professionnels
Amateurs de la boxe…
… et raisons de s’engager


2.     Incorporer le novice : les formes élémentaires de l’expérience pugilistique
Physique !
Prendre une consistance de boxeur
Se reconnaître parmi les siens
Avec et contre l’autre : la boxe comme « entreprise de soi »
Coda : l’écrivain, ou le « docteur qui sert à rien »


3.     Une manufacture de la frappe : les boxeurs et le quotidien
Boxer avec les mots : dire l’ordre des interactions
Gouverner les corps : une structure du comportement
Agir en cohésion : une phénoménologie des perceptions
Echafauder le sens de la pratique : une transition expérientielle

4.     Quand les boxeurs « mettent les gants » : le sparring et les limites de l’institution du combattant
L’institution du pugiliste et ses limites
Le sens de la pratique : une rhétorique corporelle de l’honneur
L’infraction, ou la définition négative des frontières du combat
Aux marges positives de l’excellence : l’art de bien danser les solitudes combattantes
Conclure aux limites de l’institution pugilistique
Le gymnase et son organisation, vers l’ethno(bio)graphie


Deuxième partie : Face à l’autre : épreuves de soi

5.     Conter les coups : l’exil et ses marques

Je serai pasteur et boxeur
Il n’y a pas que la pierre
De la main de fer aux Gants d’Or
Des éclats de l’Autre : faire corps
Les confidences d’une vie


6.     Comme un homme : faire face

Résistance féminine
Valeur d’homme
Nous, on tenait pas les murs
Coups et blessures
Mettre la violence hors-jeu

7.     Contre la vie pauvre : boxer

Prends-toi en mains !
Faut pas avoir de pitié
Ceux de ma « race »
« Vie pauvre » et conversion corporelle du stigmate


8.     La dispute des forts : combattre en public

Le spectacle des poings : données élémentaires
En coulisses des galas : préparer les forts
Dans le public : assister au spectacle des corps
Sur la scène du combat : une rythmique de la peau et des autres
Verdicts : comment on négocie l’intelligibilité de la lutte
Le clou du spectacle


Conclusion : Devenir des boxeurs : vies rencontrées
Aussi loin et profond que les coups portent : l’alchimie manquée
La vie, c’est sur le fil… aiguisé comme une lame
Soi-même contre l’autre ?
Addendum : Une enquête en devenir
Conjuguer la recherche au passé
L’insistance d’une question
Remerciements
Bibliographie

118085-01


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :