Jean Tardieu. Des livres et des voix

Jean-Yves DEBREUILLE
Revue
Signes
Date de publication
22 mai 2010
Résumé
Le deuxième livre de Jean Tardieu contient le premier, le sixième reprend des poèmes du troisième, le septième inclut le sixième, des textes du quatrième se retrouvent dans le onzième. Il convient de se méfier des sous-titres : « proses » apposé à La part de l'ombre annonce bien ce qu'il contient, mais les « poèmes » de L'accent grave et l'accent aigu peuvent être d'assez longs textes en prose ; à distinguer des « poèmes traduits des arts », textes sur la peinture, eux-mêmes différents des « poèmes à voir », sorte de calligrammes, et des «poèmes à jouer » qui sont des pièces de théâtre.Au reste, les frontières génériques sont perméables. Dans la fabrication de ses livres, Jean Tardieu est inlassablement inventeur de formes nouvelles et mystificateur. Inadvertance ? Mali ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
34 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
ISSN 12551015
Date de première publication du titre 2010
ISBN 9782847882018
EAN-13 9782847882018
Référence 112988-46
Nombre de pages de contenu principal 360
Format 14 x 22 x 1.9 cm
Poids 446 g

Présentation

UNE VOIX MULTIPLE


Claude Debon — L'{ accent } dans l'œuvre de Jean Tardieu

Brigitte Buffard-Moret — { Des chiffres plein les corbeilles / Des fifres plein les oreilles }.
La musique du vers de Jean Tardieu

Judith le Blanc — Dramaturgie du vide et voix du silence : une stratégie du presque rien au service du tout
dans La Comédie du langage et Poèmes à jouer

Pascale Alexandre-Bergues — Le théâtre de Jean Tardieu : une dramaturgie de la voix

Claude Séjourné — La facture musicale de l'œuvre dramatique de Jean Tardieu

Robert Prot — Jean Tardieu et le théâtre à la radio

UNE IDENTITE INCERTAINE


Jean-Marie Gleize — D'un { souvenir obscur } : Une voix sans personne

Catherine Mayaux — { Monsieur } et son concept entre Nietzsche et Camus, ou la dualité comme redoublement

Fabio Scotto — La question du lyrisme et le lyrisme en question dans Monsieur Monsieur

Frédérique Martin-Scherrer — Pol Byru et Jean Tarmildieu

UN THEATRE HORS LIEU


Marie-Claude Hubert — La comédie de la comédie ou la { poétique } de Jean Tardieu


Line Kozlowski — La dynamique carnavalesque dans le théâtre de Jean Tardieu

Corinne Flicker — Faust et Yorick : l'apologue au théâtre

Bruno Blanckeman — La clef des chambres. Petite étude de La Serrure

Michel Pruner — La figure du Professeur dans le théâtre de Tardieu

Franck Ancel — Scénographie à trois temps

Françoise Kourilsky — La création de La Cité sans sommeil

DES LIVRES EN MOUVEMENT


Jean-Yves Debreuille — Le clavecin bien tempéré de la dramaturgie

Thomas Augais — La somme frœppelogique

Frédérique Martin-Scherrer — Poésie / peinture : petite typologie portative

Delphine Hautois — Comment parler poésie ? Les paradoxes de Monsieur Jourdain

Muriel Tenne — La republication : une mise à l’épreuve. La stratégie de la ruse

Anne-Christine Royère — Les Dieux étouffés, un { recueil clandestin }

Christine Dupouy — Entre biographie et théorie : d’Obscurité du jour (1974) à On vient chercher Monsieur Jean (1990)

UNE CONFUSION DES GENRES


Michel Corvin — Une dramaturgie aux couleurs de l’abstrait

Mattijs Engelberts — Genres et arts dans les { poèmes à jouer }

Didier Alexandre — Quelle histoire littéraire écrivent les Pages d’écriture de Jean Tardieu ?

Mary-Ann Caws — Sur le regard de Jean Tardieu

Le deuxième livre de Jean Tardieu contient le premier, le sixième reprend des poèmes du troisième, le septième inclut le sixième, des textes du quatrième se retrouvent dans le onzième. Il convient de se méfier des sous-titres : « proses » apposé à La part de l'ombre annonce bien ce qu'il contient, mais les « poèmes » de L'accent grave et l'accent aigu peuvent être d'assez longs textes en prose ; à distinguer des « poèmes traduits des arts », textes sur la peinture, eux-mêmes différents des « poèmes à voir », sorte de calligrammes, et des «poèmes à jouer » qui sont des pièces de théâtre.Au reste, les frontières génériques sont perméables. Dans la fabrication de ses livres, Jean Tardieu est inlassablement inventeur de formes nouvelles et mystificateur. Inadvertance ? Malice ? Volonté surtout de ne pas emprisonner dans un provisoire parti pris éditorial la polyphonie d'« une voix sans personne ».Écrites par de nombreux spécialistes de l'oeuvre, mais aussi par des hommes et femmes de théâtre, les contributions réunies dans cet ouvrage se proposent d'interroger cette diversité des voix dans les livres de Jean Tardieu. On y trouve des informations, des témoignages, des réflexions, des essais. Il est ainsi, à l'image de l'auteur dont il traite, à plusieurs voix, et offre de multiples chemins dans cet univers foisonnant.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire