Cahiers Sens public, n° 11-12/octobre 2009

Malaise dans le capitalisme
Date de publication
2 novembre 2009
Résumé
Le volume est centré sur les défis que l'économie de l'immatériel lance à nos sociétés. Le capital des sociétés développées mobilise les technologies plus que les produits, le marketing plus que l'industrie et une économie des symboles plus que des économies d'échelle. Comprendre cette configuration, c'est revenir sur des distinctions parfois peu visibles dont traitent les différentes contributions du volume. Ainsi des réflexions fondamentales proposées par Philippe Dujardin concernant l'assemblage humain et, ses opérateurs constitutifs de notre historicité. Son essai " De quoi sommes-nous contemporains ? " ouvre un numéro riche de nombreuses études sectorielles de la modernité.Les consommateurs japonais sont ainsi passés en trente ans de l'enthousiasme pour les produit ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
20.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
ISSN 17679397
Date de première publication du titre 2 novembre 2009
ISBN 9782952494731
EAN-13 9782952494731
Référence SENS011-30
Nombre de pages de contenu principal 296
Format 14 x 20.5 x 2 cm
Poids 449 g

Gérard Wormser, " Avant-Propos ".

De quoi sommes-nous contemprorains ?
Philippe Dujardin, " De quoi sommes-nous contemporains ? Essai d'anthropologie politique ".

Sens critique
Pierrette Turlais, " Alfred Dreyfus, Cahiers de l'île du Diable " ;
Joëlle Zask, " Propositions pour une politique culturelle " ;
Anne Mathieu, La dénonciation d'une certaine gauche intellectuelle. De Guy Hocquenghem à Daniel Bensaïd, en passant par Serge Halimi " ;
Edelyn Dorismond, " Créolisation de la politique, politique de la créolisation. Penser un " im-pensé " dans l'oeuvre d'Edouard Glissant " ;
Michel Vinaver et Gérald Garutti, " Une épopée du capitalisme " ;
Carlo Vercellone, " André Gorz et la dynamique du capitalisme " ;
Kyoko Naiki, " L'avenir dans la société de post-consommation " ;
Hillel Schlegel, " Marketing événementiel et design d'aujourd'hui. Petites mythologies de la technologie de masse " ;
Aurélie Torregrosa, " La pratique scientifique et Internet. Quand la démarche interdisciplinaire devient une forme de médiation sociale " ;
Gérard Wormser et Caroline Januel, " Est-ce HS ? " ;
Gilles Rouet, " L'abstention aux élections européennes de juin 2009. Une affaire de citoyennetés d'identités et de cultures ".

Le volume est centré sur les défis que l'économie de l'immatériel lance à nos sociétés. Le capital des sociétés développées mobilise les technologies plus que les produits, le marketing plus que l'industrie et une économie des symboles plus que des économies d'échelle. Comprendre cette configuration, c'est revenir sur des distinctions parfois peu visibles dont traitent les différentes contributions du volume. Ainsi des réflexions fondamentales proposées par Philippe Dujardin concernant l'assemblage humain et, ses opérateurs constitutifs de notre historicité. Son essai " De quoi sommes-nous contemporains ? " ouvre un numéro riche de nombreuses études sectorielles de la modernité.Les consommateurs japonais sont ainsi passés en trente ans de l'enthousiasme pour les produits industriels de qualité au désenchantement du monde (Kyoko Naiki), et le marketing événementiel s'épuise à susciter de nouveaux désirs (Hillel Schlegel). Comment ne pas y voir un des motifs de l'abstention électorale en Europe (Gilles Rouet) ? L'utilitarisme comme philosophie spontanée du capitalisme industriel s'épuise en spécialisation à outrance, qui renforce la déconnexion entre des univers de pratiques étanches les unes aux autres. On ne saurait sur ce point être plus clair que Michel Vinaver, dont l'oeuvre magistrale Par dessus-bord se situe à ce moment de basculement des entreprises familiales vers un marketing généralisé (entretien avec Gérald Garutti). Cette transformation est l'origine du diagnostic posé par André Gorz (Carlo Vercellone) : si, pour le capitalisme cognitif, le contrôle social est aussi central que le profit, l'économie de la connaissance perturbe le modèle dominant et offre de nouveaux terrains pour agir. D'où la nécessité pour la pensée critique d'observer la complexité et la coopération jusque dans une approche de l'évaluation des travaux scientifiques (Aurélie Torregrosa). Pour les sciences sociales, cette évolution passe par une dimension multiculturelle et collaborative (Gérard Wormser), à l'image de la créolisation qu'Edouard Glissant oppose à la mondialisation (Edelyn Dorismond). De fait, c'est en réagissant aux excès du rabattement des actions humaines sur un plan de conformité bureaucratique que s'exprime la liberté, tant pour les artistes et auteurs contemporains (Joëlle Zask) que pour les intellectuels de gauche hier (Anne Mathieu) et les Dreyfusards avant-hier - à commencer par Alfred Dreyfus lui-même dans ses cahiers de captivité (Pierrette Turlais). Le rapport spécifique de la temporalité aux institutions forme donc la matière principale de ce volume.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire