Esthétique de la musique classique (L')

De Winckelmann à Hegel
Alexandre CHÈVREMONT
Collection
Aesthetica
Date de publication
25 juin 2015
Résumé
La musique classique (Haydn, Mozart, Beethoven) fut, pour la pensée philosophique, une nouveauté défiant les catégories usuelles de l'esthétique. Le premier à avoir parlé d'une " période classique de la musique ", Amadeus Wendt, ne le fit que rétrospectivement en 1836.L'ouvrage se propose alors de retracer la genèse conceptuelle de cette formule dans l'aire germanique (à la notable exception de Rousseau), en montrant l'émergence contemporaine d'un style et de son esthétique. Dès le premier romantisme allemand, la critique littéraire et la théorie de l'art ont bousculé le paradigme classicisant (celui de la sculpture antique) établi au milieu du XVIIIe siècle par Winckelmann. En redéfinissant le drame, elles ont préparé aussi bien la valorisation hégélienne de l'opéra, q ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
19.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 25 juin 2015
ISBN 9782753540569
EAN-13 9782753540569
Référence 119022-53
Nombre de pages de contenu principal 296
Format 17 x 21 x 1.8 cm
Poids 498 g
  • Enquête sur la notion de classique
  • Le modèle du drame dans le premier romantisme allemand
  • Le romantisme musical de Hoffmann
  • Hegel et l'esthétique
  • Amadeus Wendt et la " période classique de la musique "
La musique classique (Haydn, Mozart, Beethoven) fut, pour la pensée philosophique, une nouveauté défiant les catégories usuelles de l'esthétique. Le premier à avoir parlé d'une " période classique de la musique ", Amadeus Wendt, ne le fit que rétrospectivement en 1836.L'ouvrage se propose alors de retracer la genèse conceptuelle de cette formule dans l'aire germanique (à la notable exception de Rousseau), en montrant l'émergence contemporaine d'un style et de son esthétique. Dès le premier romantisme allemand, la critique littéraire et la théorie de l'art ont bousculé le paradigme classicisant (celui de la sculpture antique) établi au milieu du XVIIIe siècle par Winckelmann. En redéfinissant le drame, elles ont préparé aussi bien la valorisation hégélienne de l'opéra, que celle de la symphonie comme musique autonome, à quoi on réduit trop souvent la pensée d'E. T. A. Hoffmann. Jouant le classique contre le classicisme, le dramatique contre l'opposition binaire de l'instrumental et du vocal, le romantisme a accompagné la musique classique et a rendu possible son esthétique.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire