Orchestration de la mort (L')

Les funérailles, des temps modernes à l'époque contemporaine
Elisabeth BELMAS,Serenella NONNIS-VIGILANTE
Date de publication
15 novembre 2017
Résumé
Si l'histoire de la mort a suscité de nombreux travaux, celle du sort réservé au corps morts reste méconnue. Jusqu'au XVIIIe siècle, l'Église se charge de l'ensevelissement des corps dans les églises, chapelles ou cimetières adjacents, en veillant à sacraliser ces espaces funéraires. Mais l'urbanisation, l'influence des scientifiques et des philosophes et les exigences de santé publique entraînent une série de mesures administratives.Le mouvement hygiéniste souligne au XIXe siècle les problèmes de séparation définitive des vivants et des morts et du choix de l'emplacement du cadavre. Dans le cimetière public et laïc, une nouvelle célébration de la mémoire voit le jour. À partir des années 1870, des médecins positivistes prônent la crémation des corps au nom de la santé ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
20.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 20171115
ISBN 9782757418024
EAN-13 9782757418024
Référence 122171-54
Nombre de pages de contenu principal 268
Format 16 x 24 x 1.5 cm
Poids 435 g

In memoriam. Catherine Rollet (1942-2016)
Nathalie Sage Pranchère

Introduction
Élisabeth Belmas, Serenella Nonnis-Vigilante

Prologue : Modes de sépulture et transmission de la mémoire dans la Rome antique entre le Ier siècle av. J.-C. et le IIIe siècle apr. J-C.
Sabine Armani, Giulia Masci

 

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

Des corps encombrants ? Le paradoxe des funérailles princières dans l'Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle)
Stanis Perez

Aperto Cadavere : rechercher les causes de la mort à l'intérieur des corps aux XVIe et XVIIe siècles
Anne-Sophie Pimpaud

Respecter les défunts en servant la science : la dépouille des soldats décédés dans les hôpitaux militaires français (XVIIe-XVIIIe siècles)
Élisabeth Belmas

La dernière mobilisation médicale contre l'inhumation dans les églises de France (1744-1776)
Joël Coste

La sépulture des non catholiques à Naples entre XVIIIe et XIXe siècle : règles et exceptions de l'intolérance
Diego Carnevale

 

Du cimetière consacré à la crémation (XIXe-XXe siècle)

Dom Sebastião du Portugal dans l'entre-deux-morts : enjeux symboliques autour du tombeau
Juliette Vion-Dury

La gestion des restes de fœtus et mort-nés au XIXe siècle à Paris.
L'itinéraire des corps entre suspicion de crime et convenances sociales
Vincent Gourdon, Catherine Rollet, Nathalie Sage Pranchère

La crémation : bref panorama de la Révolution à aujourd'hui
Jacqueline Lalouette

Transferts culturels et scientifiques européens : à l'origine de la genèse du mouvement crématiste dans le Rio de la Plata au XIXe siècle
Nancy Gonzalez Salazar

Étudier la crémation aujourd'hui.
Éléments méthodologiques et programmatiques
Gaëlle Clavandier

 

" Pompes et circonstances " : l'orchestration de la mort (XIXe-XXIe siècle)

" L'usine du deuil ". Les pompes funèbres à Paris (1874-1998)
Bruno Bertherat

Corbillards et pompe funèbre en Espagne (fin XIXe-milieu du XXe siècle). La collection de corbillards du cimetière de Montjuïc (Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Barcelone)
Isabelle Renaudet

Des morgues aux chambres mortuaires : les reconfigurations du travail hospitalier autour des corps morts
Judith Wolf

Quel avenir pour le corps mort ?
Serenella Nonnis Vigilante

Conclusion
Évelyne Scheid-Tissinier

 

Résumés

Abstracts

Remerciements

Bio-bibliographies des contributeurs

Index

Si l'histoire de la mort a suscité de nombreux travaux, celle du sort réservé au corps morts reste méconnue. Jusqu'au XVIIIe siècle, l'Église se charge de l'ensevelissement des corps dans les églises, chapelles ou cimetières adjacents, en veillant à sacraliser ces espaces funéraires. Mais l'urbanisation, l'influence des scientifiques et des philosophes et les exigences de santé publique entraînent une série de mesures administratives.Le mouvement hygiéniste souligne au XIXe siècle les problèmes de séparation définitive des vivants et des morts et du choix de l'emplacement du cadavre. Dans le cimetière public et laïc, une nouvelle célébration de la mémoire voit le jour. À partir des années 1870, des médecins positivistes prônent la crémation des corps au nom de la santé publique et revendiquent la liberté d'expérimentation, tout en demeurant attachés au respect du culte des morts. Historiens, sociologues et anthropologues mêlent leur regard pour penser le temps et les formes du passage de la communauté des vivants à l'univers de la mémoire.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire