Vestins à l'époque tardo-républicaine (Les)

Du nord-osque au latin
Emmanuel DUPRAZ
Date de publication
25 octobre 2010
Résumé
En Italie centro-méridionale, la domination romaine se met en place au début du IIIe siècle avant notre ère. Chez les Vestins, la langue parlée et écrite est alors un dialecte osque. Près de trois siècles plus tard, sous Auguste, le latin devient la seule langue attestée. Il y a eu latinisation : la langue indigène a été remplacée par le latin, dans un nombre croissant de contextes. Nous étudions ici les facteurs et les modalités de ce processus socio-linguistique, à partir de la documentation littéraire, archéologique et épigraphique subsistante. Les Vestins n'ont pas considéré leur langue comme une composante de la représentation qu'ils se faisaient d'eux-mêmes : leurs élites qui disposaient des usages publics et privés de l'écriture, du moins de ceux qui sont attesté ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
25.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 25 octobre 2010
ISBN 9782877754941
EAN-13 9782877754941
Référence 113170-27
Nombre de pages de contenu principal 514
Format 16 x 24 x 2.8 cm
Poids 806 g

Avant-propos : nord-osque et latin en pays vestin

Ire partie — Données littéraires et archéologiques
Introduction
Présentation géographique
Données littéraires et statuts juridiques : La mise en place de la domination romaine ; Les Vestins entre la mise en place de la domination romaine et la guerre Sociale ; Les Vestins pendant la guerre Sociale, ; Les Vestins entre la fin de la guerre Sociale et la fin de la République ; Économie et société en pays vestin.
Données archéologiques et pratiques culturelles : Habitats (Les Vestins Cismontani ; Les Vestins *Transmontani ; Nécropoles ; Sanctuaires (Les Vestins Cismontani ; Les Vestins *Transmontani) ; Conclusions

IIe partie — Étude épigraphique
Introduction ; V 1 (Cismontani) ; V 2** (Cismontani) ; V 3** (Cismontani) ; V 4 (Cismontani) ; V 5* (Cismontani) ; V 6* (Cismontani) ; V 7** et V 7 bis** (Cismontani) ; V 8** (Cismontani) ; V 9* (Cismontani) ; V 10* (Cismontani) ; V 11** (Cismontani) ; V 12 (Cismontani) ; V 13 et V 13 bis (Cismontani) ; V 14* (Cismontani) ; V 15* (Cismontani) ; V 16* (Cismontani) ; V 17* (Cismontani) ; V 18 (Cismontani) ; V 19* (Cismontani) ; V 20** (Cismontani) ; V 21* (Cismontani) ; V 22 (Cismontani) ; V 23 (Cismontani) ; V 24 (Cismontani) ; V 25 (Cismontani) ; V 26* (Cismontani) ; V 27 (Cismontani) ; V 28*, V 28 bis*, V 28 ter* et V 28 quater* (Cismontani) ; V 29* (Cismontani) ; V 30 (Cismontani) ; V 31* (Cismontani) ; V 32 (*Transmontani) ; V 33 (*Transmontani) ; V 34 (*Transmontani) ; V 35 (*Transmontani) ; V 36* (*Transmontani) ; 37**(*Transmontani ?) ; V 38 (*Transmontani) ; V 39 (*Transmontani) ; V 40 (*Transmontani) ; V 41 (*Transmontani) ; V 42 (*Transmontani) ; V 43 (*Transmontani) ; V 44 (*Transmontani)

IIIe partie — Synthèse
Introduction
Datation des inscriptions : Cismontani ; Transmontani
Les IIIe et IIe siècles avant notre ère : Les inscriptions officielles (Chez les Vestins Cismontani ; Chez les Vestins *Transmontani) ; Les inscriptions privées (Chez les Vestins Cismontani ; Chez les Vestins *Transmontani) ; Conclusions
Du début du Ier siècle avant notre ère à la fin de la République : Les Vestins Cismontani (textes offciels ; textes privés) ; Les Vestins *Transmontani (textes officiels ; textes privés) ; Conclusions
Bilan : latinisation, romanisation ?

En Italie centro-méridionale, la domination romaine se met en place au début du IIIe siècle avant notre ère. Chez les Vestins, la langue parlée et écrite est alors un dialecte osque. Près de trois siècles plus tard, sous Auguste, le latin devient la seule langue attestée. Il y a eu latinisation : la langue indigène a été remplacée par le latin, dans un nombre croissant de contextes. Nous étudions ici les facteurs et les modalités de ce processus socio-linguistique, à partir de la documentation littéraire, archéologique et épigraphique subsistante. Les Vestins n'ont pas considéré leur langue comme une composante de la représentation qu'ils se faisaient d'eux-mêmes : leurs élites qui disposaient des usages publics et privés de l'écriture, du moins de ceux qui sont attestés, étaient toutes disposées à y renoncer.Cet ouvrage a reçu le prix Émile Benveniste de l'Académie des inscriptions et des belles-lettres.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire