Guerre, le livre et l'enfant (La)

Danielle QUÉRUEL
Date de publication
9 septembre 2021
Résumé
Enfants du front ou de l'arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L'abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d'écoliers, correspondance, cartes postales, livres d'or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l'issue d'un long XIXe siècle qui a modifié la place de l'enfant dans la société française. Plus rare, l'enfant devient le centre et le capital affectif et social d'une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l'école permet à la fois d'inventer la petite enfance et de repousser la limite de l'entrée dans l ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
25.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 9 septembre 2021
ISBN 9782374961378
EAN-13 9782374961378
Référence 125125-44
Nombre de pages de contenu principal 352
Format 16.5 x 24 x 2.2 cm
Poids 500 g

Avant-propos, Jean-François Boulanger
Introduction, Danielle Quéruel

Première partie : Raconter la guerre aux enfants
Julien Schuh, De Driant à Danrit. Romans d'aventure et patriotisme : l'oeuvre prémonitoire du capitaine Danrit
Ludivine Bonhomme, L'affirmation du sentiment patriotique chez les enfants au cours de la Première Guerre mondiale
Marie-Cécile Bertiaux, En guerre ! de Charlotte Schaller, ou comment expliquer la Grande Guerre aux enfants de 1914
Laurence Olivier-Messonnier, Le témoignage à destination des écoliers de la Grande Guerre, du roman scolaire au journal des tranchées : Le Tour de l'Europe pendant la Guerre de G. Bruno et Le plus jeune héros de la guerre, Jean Corentin Carré (1900-1915-1918) d'André Fontaine
Yannick Bellenger-Morvan, L'enfant pendant la Grande Guerre, figure du héros patriote dans la trilogie australienne d'Ethel Turner (The Cub: Six Months in his Life, a Story in War-time, Captain Cub et Brigid and the Cub - 1915-1919)

Deuxième partie : École et Patrie
Vincent Gagnière, Le journal d'un enfant de Sedan, Yves Congar
Danielle Quéruel, Confidences d'une institutrice pendant la Grande Guerre
Françoise Béchet-Pottier, L'enfant du front, l'enfant de l'arrière. Un livre : " le Petit Lavisse " (1876-1920)
Jean-Louis Humbert, Le Livre d'or des instituteurs, professeurs et normaliens de l'Aube morts pour la France. 1914-1918

Troisième partie : L'image, outil de mobilisation
Jean-François Condette, La bande dessinée au service de la mobilisation des esprits enfantins : regards croisés sur les albums de Bécassine et Flambeau, chien de guerre
Annie Renonciat, Images en guerre. Stratégies et dispositifs graphiques des images adressées à la jeunesse durant la Première Guerre mondiale : supports, techniques et rhétoriques
Pierre Laur-Fournié et Olivier Pottier, Récits de la Grande Guerre dans la bande dessinée : de la clarté de la ligne à la noirceur du front

Quatrième partie : Les peintres et la guerre
Cécile Coutin, Quand les peintres camoufleurs écrivent à leurs enfants
Gabrielle Thierry, Carnet de poilu : la vie des poilus racontée aux enfants par Renefer 
Anthony Cardoso, Derain, La Fresnaye, Mare, Marinot, Vuillard, tous au front ! Les artistes engagés en 1914-1918 dans les collections du musée d'Art moderne de Troyes

Cinquième partie. Commémorer les guerres
Jean-Michel Pottier, Le soldat mort dans Peau-de-Pêche de Gabriel Maurière 
Gilles Aubagnac, La mémoire des guerres

Enfants du front ou de l'arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L'abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d'écoliers, correspondance, cartes postales, livres d'or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l'issue d'un long XIXe siècle qui a modifié la place de l'enfant dans la société française. Plus rare, l'enfant devient le centre et le capital affectif et social d'une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l'école permet à la fois d'inventer la petite enfance et de repousser la limite de l'entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d'être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent " un enjeu caché de la guerre, " pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l'avènement, à partir de la décennie 1860, d'une première culture de masse, fondée sur une culture de l'imprimé. Conjuguée à l'intérêt nouveau porté à l'enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l'éclosion d'une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu'un certain nombre d'historiens décrivent comme " totale ". 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, " la guerre ", et une catégorie culturelle en pleine mutation, " l'enfance ".

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire