Albert Châtelet, la république par l'école



Albert Châtelet, la république par l'école



:: Résumé    :: Détails


Incarnation du boursier conquérant de la Troisième République, fils d’un modeste instituteur, Albert Châtelet – né à Valhuon (Pas-de-Calais) en 1883 – réussit, par ses aptitudes et son travail, à s’imposer comme un universitaire consacré. Professeur de mathématiques à la faculté des sciences de Lille à partir de 1919, doyen de son institution, il occupe après la Seconde Guerre mondiale, une chaire en Sorbonne et devient le doyen de la faculté des sciences de Paris. Il est aussi une figure majeure de l’administration de l’Instruction publique. Recteur de l’académie de Lille entre 1924 et 1936, il y accomplit une œuvre fondamentale de bâtisseur et de réformateur, au service des structures éducatives et de la nécessaire École unique. Nommé directeur de l’Enseignement du second degré par Jean Zay, Albert Châtelet multiplie les initiatives en vue de la modernisation du système éducatif. Sanctionné par le régime de Vichy, il retrouve ensuite ses fonctions d’enseignant du supérieur, comme professeur à la Sorbonne. La retraite en 1954, par l’abandon du devoir de réserve du fonctionnaire, lui permet de multiplier les engagements dans l’Ici et Maintenant, au service des valeurs qui furent les siennes toute sa vie. Membre de multiples associations pacifistes, il lutte pour le rapprochement entre les peuples, au-delà de la déchirure qu’est le rideau de fer, et milite pour la reconnaissance par la France de la Chine communiste et de la République démocratique allemande. Il s’engage surtout contre la poursuite de la guerre en Algérie et contre l’usage de la torture, organisant plusieurs colloques universitaires et apportant sa contribution à la création du Comité Maurice Audin. En 1958, il s’oppose au retour de Charles de Gaulle au pouvoir et combat le projet constitutionnel du Général. Il entre alors, aux côtés de François Mitterrand et de Pierre Mendès France, entre autres, au sein de l’Union des forces démocratiques et accepte d’être le candidat de l’U.F.D. à l’élection présidentielle indirecte de décembre 1958 où il recueille un peu plus de 8 % des suffrages. Lorsqu’il décède en 1960, le monde universitaire et intellectuel rend hommage à Albert Châtelet, homme aux multiples engagements qui a consacré sa vie à l’École de la République.

Titre Albert Châtelet, la république par l'école
Édition Première édition
Collection Histoire (APU)
Éditeur Artois Presses Université
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3377 HISTOIRE
3388 Les temps Modernes (<1799)
Date de première publication du titre 01 septembre 2009
Code Identifiant de classement sujet      93 Classification thématique Thema: NH
Support Livre broché
Nb de pages 608 p.
ISBN-10 2848321067
ISBN-13 978-2-84832-106-6
GTIN13 (EAN13) 9782848321066
Référence 115014-50
Date de publication 01 septembre 2009
Nombre de pages de contenu principal 608
Format 16 x 24 cm
Poids 973 gr
Prix 30,00 €
 
115014-50


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :