Mémoire et oubli

Controverses de la Rome antique à nos jours
Michel DE WAELE,Stéphan MARTENS
Date de publication
24 avril 2015
Résumé
S'il est malsain pour une société donnée de ressasser continuellement le passé, il peut être tout aussi nuisible pour elle d'avoir une mauvaise mémoire. Les peuples comme les hommes ne peuvent pas vivre sans être un tant soit peu en paix avec leur mémoire.Ils ne peuvent pas vivre dans le refoulement. Aussi longtemps qu'un travail sur le passé n'est effectué, le présent peut être gangrené par des retours néfastes. La gestion mémorielle d'événements historiques, de tragédies, de drames reste donc un questionnement très complexe.Une solution se trouve dans la quête d'une " juste mémoire ", formulation empruntée à Paul Ricœur dans La mémoire, l'histoire, l'oubli – ce fragile équilibre entre l'évaluation historique selon la pluralité des mémoires et la nécessité d'une distan ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
23.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 20150424
ISBN 9782757407899
EAN-13 9782757407899
Référence 118870-54
Nombre de pages de contenu principal 248
Format 16 x 24 x 1.4 cm
Poids 404 g

Préface : Mémoire et oubli dans l'Histoire
Patrice Brun

Avant-propos
Stephan Martens et Michel De Waele

L'avenir du passé. Pour une mémoire vivante
Stephan Martens

La mémoire vaine du crime contre l'humanité ?
Sur l'inuria sceleris humani de César chez Pline l'Ancien
Anne-Vial Logeay

L'Édit de Nantes : de " l'oubliance " prescrite à l'impossible " oubliance "
François Pernot

Vérité, mémoire et oubliance : L'histoire immédiate des troubles de religion
Michel De Waele

Les alliances franco et anglo-amérindiennes au XVIIIe siècle : un jeu de mémoire ?
Maxime Morin

Au temps de l'origine des deux nations au Canada (1775-1815) : histoire, mémoire et politique des conflits armés
Roch Legault

La guerre de 1870 : de la mémoire à l'oubli – et vice-versa
Jean-Claude Caron

Un drapeau pour la Société des Nations : se rappeler ce qui unit et oublier ce qui divise
Carl Bouchard

Les diplomates français des années 1920 et la question de la responsabilité de la guerre : entre mémoire, oubli et histoire
Renaud Meltz

Les enjeux mémoriels autour des expositions de la Résistance italienne en France
Olivier Forlin

Le bombardement de Dresde dans le débat public britannique
Madeline Zielinski

Félix Éboué, 1884-1944. Gouverneur général et Compagnon de la Libération : mémoire et oubli
Arlette Capdepuy

Une institution militaire française face à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : la Marine française 1943-2010
Odile Girardin-Thibeaud

Histoire et cinéma indiens face à la Partition : du devoir d'oubli à une mémoire en fragments, l'exemple de Earth de Deepa Mehta
Paul Veyret

Le travaillisme à l'aune des mémoires de Tony Blair, ou quand la gauche britannique s'oublie
Flavien Bardet

Les discours d'un roi.
Le rapport à l'histoire de Juan Carlos d'Espagne à travers ses discours
Matthieu Trouvé

La Commission Vérité et Réconciliation de l'Afrique du Sud, 1996/1998
Johan Snyman

Témoignage. Réflexions sur le processus de réconciliation germano-polonais
Markus Meckel

Index

S'il est malsain pour une société donnée de ressasser continuellement le passé, il peut être tout aussi nuisible pour elle d'avoir une mauvaise mémoire. Les peuples comme les hommes ne peuvent pas vivre sans être un tant soit peu en paix avec leur mémoire.Ils ne peuvent pas vivre dans le refoulement. Aussi longtemps qu'un travail sur le passé n'est effectué, le présent peut être gangrené par des retours néfastes. La gestion mémorielle d'événements historiques, de tragédies, de drames reste donc un questionnement très complexe.Une solution se trouve dans la quête d'une " juste mémoire ", formulation empruntée à Paul Ricœur dans La mémoire, l'histoire, l'oubli – ce fragile équilibre entre l'évaluation historique selon la pluralité des mémoires et la nécessité d'une distanciation critique – car, à condition d'écarter des malentendus propices aux polémiques, les abus d'oubli paraissent, en effet, aussi toxiques que les abus de mémoire. De la Rome antique à nos jours : sur la base de la longue durée, les textes présentés par une équipe internationale de chercheurs tentent ainsi de faire avancer le débat.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire