Nouveauté

Marie-Hélène Lafon ou l'écriture à l'épicentre

Sylviane COYAULT
Collection
Littératures
Date de publication
14 mars 2024
Résumé
Écrire serait l'épicentre du jour, Ce titre (paru en 2019 chez Creaphis) auquel renvoie celui de ce volume dit bien l'intensité et l'engagement d'une autrice qui, depuis deux décennies, a publié dix romans, des recueils de nouvelles, des essais et des entretiens. Récompensée par plusieurs prix (entre autres le Goncourt de la nouvelle et le Renaudot) elle occupe désormais une place majeure dans la littérature hexagonale. Nous avons voulu explorer cette écriture, et nous sommes entrés clandestinement dans " l'atelier ", nous avons observé Marie-Hélène Lafon " à l'établi ", comme elle aime à dire. Les études réunies ici rendent bien compte du double projet de la romancière: témoigner d'une société rurale " au bord de l'obsolescence " et faire œuvre littéraire, par un trava ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
16.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 14 mars 2024
ISBN 9782383772453
EAN-13 9782383772453
Référence 127174-37
Nombre de pages de contenu principal 198
Format 14 x 22 x 1.3 cm
Poids 321 g

Sylviane Coyault - Introduction

Partie 1. L'atelier : à l'établi

Philippe Antoine – Une littérature exposante. " Être nourrie de, être adossée à " Flauber

Marina Ortrud M. Hertrampf – Les pays perdus – trois versions d'un monde en disparition : une analyse intermédiale de Marie-Hélène Lafon, Raymond Depardon et Julie Lopes-Curval

Anne Coudreuse – Histoire du fils : un romanesque en sourdine et sous tension

Gérard Peylet – Du dépouillement à l'émotion, le récit d'une vie ordinaire et singulière : Joseph de Marie-Hélène Lafon

Claire Jaquier – Saluer le monde : de Ramuz à Marie-Hélène Lafon

Partie 2. Profils paysans : essai de sociologie

Hawha Sylla – Derrière les fenêtres, un destin féminin

Jean-Yves Laurichesse – Mobilités dans quelques romans de Marie-Hélène Lafon

Frédérique Toudoire-Surlapierre – De la distinction

Pierre d'Almeida – Marie-Hélène Lafon, écrivain de la sortie de la religion : culte des morts, liturgie, Verbe incarné

Partie 3. Dans l'amitié des écrivains : comme un bouquet

Fabienne Jacob – MHL

Monique Jouvancy – Marie-Hélène aime les images

Luc Lang – Chère Marie-Hélène, je t'écris cette lettre…

Michel C. Thomas – Elle n'a pas été trotskiste !? En tout cas, elle ne s'en vante pas

Jérôme Meizoz – Un poète est passé

Index

Résumés / Abstracts

Notes sur les auteurs et écrivains

Écrire serait l'épicentre du jour, Ce titre (paru en 2019 chez Creaphis) auquel renvoie celui de ce volume dit bien l'intensité et l'engagement d'une autrice qui, depuis deux décennies, a publié dix romans, des recueils de nouvelles, des essais et des entretiens. Récompensée par plusieurs prix (entre autres le Goncourt de la nouvelle et le Renaudot) elle occupe désormais une place majeure dans la littérature hexagonale. Nous avons voulu explorer cette écriture, et nous sommes entrés clandestinement dans " l'atelier ", nous avons observé Marie-Hélène Lafon " à l'établi ", comme elle aime à dire. Les études réunies ici rendent bien compte du double projet de la romancière: témoigner d'une société rurale " au bord de l'obsolescence " et faire œuvre littéraire, par un travail exigeant sur la langue. Le volume est couronné par un bouquet d'hommages qu'ont offerts à Marie-Hélène Lafon quelques amis écrivains: Fabienne Jacob, Monique Jouvancy, Michel C. Thomas, Luc Lang et Jérôme Meizoz.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire