La Betterave à sucre

Essor agricole et industrialisation rurale
Ludovic LALOUX
Collection
Monde du travail
Date de publication
9 septembre 2021
Résumé
Depuis l'Antiquité, la canne est connue pour le sucre qu'elle contient. Introduite à la fin du XVe siècle en Amérique, cette plante croît en particulier dans les plantations des Antilles. Elle fournit en sucre le marché européen. A la fin du XVIIIe siècle, les aléas de la vie politique handicapent ces zones de productions et entraînent la raréfaction des arrivages de sucre en Europe.De leur côté, après les travaux d'Olivier de Serres publiés en 1600 qui évoquent la betterave et son sucre, Andréas Marggraf, en 1747 à Berlin, puis son disciple Franz Karl Achard, à la fin du XVIIIe siècle, s'emploient à extraire du sucre de la betterave et reçoivent les encouragements des rois de Prusse. La mémoire collective française retient davantage les incitations en faveur de le bett ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
26.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 9 septembre 2021
ISBN 9782364240810
EAN-13 9782364240810
Référence 125405-94
Nombre de pages de contenu principal 670
Format 16 x 24 x 5 cm
Poids 990 g

Introduction

PREMIERE PARTIE – EXTRAIRE DU SUCRE DE LA BETTERAVE : UNE AFFAIRE D'ETATS ?

CHAPITRE I
Le monopole du sucre de canne énorné par les initiatives prussiennes sur la betterave

CHAPITRE II
Echec de la planification étatique napoléonienne

CHAPITRE III
De petites fabriques septentrionales : fondements du véritable essor du sucre indigène

DEUXIEME PARTIE – LA BETTERAVE A SUCRE : EMERGENCE ET RAYONNEMENT D'UNE PLANTE INDUSTRIELLE

CHAPITRE IV
Nouvel essor septentrional de la betterave à sucre (1848-1872)

CHAPITRE V
Regards techniques et fiscalité inadaptée handicapent le sucre indigène français

CHAPITRE VI
Le sucre dans la concurrence internationale

TROISIEME PARTIE – ENCADREMENT DE LA PRODUCTION ET DE LA CONSOMMATION DE SUCRE

CHAPITRE VII
La Grande Guerre : problèmes d'approvisionnement, rationnement et pénurie

CHAPITRE VIII
Difficile relance après les combats (1918-1929)

CHAPITRE IX
Surproduction régulée par la conférence de Londres (1937)

Conclusion

Chronologie

Sources

Bibliographie

Index des personnes

Index des entreprises, sociétés et institutions

Index géographique

Table des tableaux

Table des cartes

Table des graphiques

Table des tableaux de synthèse

 

 

Depuis l'Antiquité, la canne est connue pour le sucre qu'elle contient. Introduite à la fin du XVe siècle en Amérique, cette plante croît en particulier dans les plantations des Antilles. Elle fournit en sucre le marché européen. A la fin du XVIIIe siècle, les aléas de la vie politique handicapent ces zones de productions et entraînent la raréfaction des arrivages de sucre en Europe.De leur côté, après les travaux d'Olivier de Serres publiés en 1600 qui évoquent la betterave et son sucre, Andréas Marggraf, en 1747 à Berlin, puis son disciple Franz Karl Achard, à la fin du XVIIIe siècle, s'emploient à extraire du sucre de la betterave et reçoivent les encouragements des rois de Prusse. La mémoire collective française retient davantage les incitations en faveur de le betterave de Napoléon Ier, en 1811-1812, qu'accompagnent les injonctions de l'administration impériale. Il s'agit là, pourtant, d'un cinglant échec.Fait souvent méconnu, le véritable décollage de la betterave s'amorce vers 1828 et devient d'une telle ampleur que, à la fin du XIXe siècle, la betterave détrône la canne pour la production saccharifère. Au cours de cette montée en puissance, les améliorations successives dans la sélection des semences imposent l'expression de betterave à sucre. Par ses emblavements, cette plante révolutionne les campagnes septentrionales. En effet, outre le sucre qu'elle recèle, elle favorise la suppression de la jachère, améliore les productions agricoles qui lui succèdent dans les assolements et offre un fourrage apprécié pour le bétail. Dans le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, l'Aisne et l'Oise, les espaces ruraux betteraviers se couvrent de fabriques de sucre qui, au fil du temps, deviennent de véritables usines avec des ramifications par la construction de distilleries et de râperies. L'essor de ces entreprises, favorisé par le recours au charbon ainsi que le développement de canaux et de voies ferrées, atteste une réelle révolution industrielle au coeur des campagnes qui repose sur la betterave à sucre, véritable pierre angulaire de ces mutations.La Grande Guerre dont les combats dans la partie occidentale du continent européen se déroulent dans des terres betteravières neutralise largement la production sucrière mais, surtout, souligne la dépendance à l'égard des approvisionnements en graines allemandes. Le sucre de canne tire profit de cette conjoncture qui débouche, au milieu des années 1920, sur une surproduction lorsque les nouvelles usines édifiées après les destructions du conflit, modernes et compétitives notamment sur le plan énergétique, fonctionnent à plein régime. Les productions pléthoriques de sucre entraînent la constitution d'importants stocks. Cette situation conduit finalement à conclure des accords internationaux, les premiers du genre, afin de réguler le marché sucrier au plan mondial dans le cadre d'un traité signé, lors d'un conférence tenue à Londres en 1937, par la majeure partie des pays acteurs de la filière saccharifère.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire