<I>La main hâtive des révolutions</I>



La main hâtive des révolutions

Esthétique et désenchantement en Europe de Leopardi à Heiner Müller

Édité par Stéphane Michaud

:: Résumé    :: Détails


Aux 19e et 20e siècles, la littérature, de Hugo à Sartre, en passant par Malraux, a porté de textes en textes les espoirs révolutionnaires. En marge de cette littérature, une autre littérature innovait dans les formes (poésie, théâtre…) pour dire son désenchantement du monde et son désespoir des hommes : Leopardi, Baudelaire, Musil, Beckett, Heiner Müller et Buro Vallejo. Ces auteurs font ici l’objet d’analyse de la part d’universitaires franco-allemands, lesquels ont aussi décidé de croiser les écritures, toutes les fois que cela s’offrait : un auteur allemand étudié par un universitaire français et inversement. Quelques contributions plus généralistes examinent les principes de cette conception du monde et de l’écriture.

Titre La main hâtive des révolutions
Sous-titre Esthétique et désenchantement en Europe de Leopardi à Heiner Müller
Édité par Stéphane Michaud
Collection Page ouverte
Éditeur Presses Sorbonne Nouvelle
Date de première publication du titre 2001
 
008881-23


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :


autre suggestion :

Product image
Marie Couton, Isabelle Fernandes, Christian Jérémie, Monique Vénuat
Emprunt, plagiat, réécriture aux 15e, 16e, 17e siècles
Pour un nouvel éclairage sur la pratique des lettres à la Renaissance. Journées d'étude organisées par le Centre d'études et de recherches sur la Réforme et la Contre-Réforme, les 15 nov. 2003, 12 juin 2004, 5 et 6 nov. 2004
CERHAC