De très savants pasteurs



De très savants pasteurs

Conceptions et pratiques de l'autorité des évêques dans la société byzantine dans la société byzantine des XIe-XIIe siècles


:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Introduction générale 

Charisme(s) et autorité épiscopale 

Une nouvelle conception : le modèle intellectuel de l'autorité épiscopale 

Les sources 

Première partie : Parcours biographiques des évêques et mise en place de leur modèle d'autorité

Chapitre 1 : Origine sociale des évêques et carrière épiscopale 

1. Origine sociale et géographique 

1.1. Les évêques : des aristocrates attachés à leur famille comme les autres ? 

1.2. De rares évêques rattachés à la parenté impériale 

1.3. La majorité de l'épiscopat issue de familles aristocratiques de second rang 

1.4. Un recrutement local limité 

1.4.1. Des évêques issus des familles aristocratiques locales ou des élites villageoises 

1.4.2. Des évêques nommés dans leur région d'origine 

1.5. Des dynasties épiscopales ? 

1.5.1. Des familles ecclésiastiques 

1.5.2. Les successions familiales sur un siège 

2. Une carrière polarisée par Constantinople 

2.1. L'éducation provinciale et l’enseignement de la foi 

2.2. Formation secondaire et carrière à Constantinople 

2.2.1. L’enseignement secondaire et les conséquences des réformes d’Alexis Ier Comnène

2.2.2. La carrière cléricale à Constantinople, le diaconat à Sainte-Sophie et les fonctions civiles occupées par les futurs évêques 

2.2.3. Relations et réseaux construits durant la période scolaire : entre la cour et le patriarcat 

2.3. Une voie secondaire vers l’épiscopat : le monastère 

2.4. La carrière dans le clergé provincial, un pont entre la province et Constantinople 

2.5. L’épiscopat peut-il être un substitut à l’exil ? 

Conclusion

Chapitre 2 : Procédure électorale et ordination épiscopale : entre autorités laïques et ecclésiastiques

1. Les normes électorales

1.1. Les conditions canoniques d’accès à l’épiscopat

1.2. Les règles de la procédure électorale

1.2.1. Le monopole clérical

1.2.2. La centralisation des élections épiscopales

2. Les acteurs du processus électoral

2.1. L’extension du contrôle impérial

2.1.1. Le contrôle impérial traditionnel sur les patriarcats et les archevêchés autocéphales

2.1.2. Le renforcement des interventions impériales sur les élections des sièges métropolitains

2.2. L’influence des puissants laïques à l’échelle locale sur les nominations des évêchés suffragants

2.3. Les nominations aux marges de l’Empire

2.4. Négocier son siège, refuser son élection

3. L’ordination et la transition vers la vie épiscopale

3.1. La perte des attributs de la vie pré-épiscopale

3.2. Le rituel d’ordination

3.3. La fidélité à l’orthodoxie et à l’empereur 

3.3.1. Profession de foi et serment de fidélité

3.3.2. La profession de foi comme outil de contrôle des évêques des marges

Conclusion

Chapitre 3 : La formation du modèle intellectuel de l’autorité épiscopale

1. Les formes de l’autorité institutionnelle de l’évêque

1.1. L’habit fait-il l’évêque ? Usages et mésusages du vêtement épiscopal

1.1.1. Le vêtement, principal élément de distinction des évêques

1.1.2. Le défi vestimentaire contre l’empereur

1.2. La présentation de soi : l’épiscopat comme rupture biographique

1.3. L’affirmation limitée d’autres marqueurs d’identification

2. Portrait de l’évêque en intellectuel : les formes subjectives de l’autorité épiscopale

2.1. Les éléments constitutifs de l’autorité intellectuelle

2.1.1. L’éloquence et la vertu

2.1.2. L’importance des qualités intellectuelles chez les évêques et leurs modèles

2.1.3. L’évêque intellectuel face à sa cité et au synode

2.2. Le bon usage des qualités rhétoriques : l’évêque administrateur et prédicateur

2.3. Le règne d’Alexis Ier Comnène, un tournant pour le modèle de l’évêque intellectuel

2.4. Les didascales de la Grande Église au XIIe siècle : orateurs, prédicateurs et futurs évêques

3. Autorité des évêques et autorité des moines, deux modèles concurrents

3.1. Une autorité spirituelle partagée

3.2. La conception mystique de l’autorité contre l’autorité de l’évêque

3.3. L’autorité intellectuelle de l’évêque : un outil pour soumettre les moines et les mystiques

Conclusion

Seconde partie : Entre province et capitale : fonction et pouvoir des évêques dans la société byzantine des XIe-XIIe siècles

Chapitre 4 : Les conditions matérielles du gouvernement épiscopal : enracinement provincial des évêques et revenus des évêchés 

1. Une nouvelle géographie ecclésiastique

1.1. Les notices épiscopales et l’évolution de la géographie ecclésiastique

1.2. Les promotions d’évêchés et d’archevêchés autocéphales au rang de métropole

2. Les propriétés et les revenus épiscopaux

2.1. Richesse des évêques et richesse des évêchés

2.2. Typologie des biens et des revenus des évêchés

2.3. Les kanonika

2.4. Le statut des biens des évêchés et le problème de l’inaliénabilité

3. Les conflits autour de l’appropriation des terres et des revenus des évêchés

3.1. Évêchés et monastères

3.1.1. La perte partielle des revenus monastiques : le charisticariat

3.1.2. Le développement de l’autodespotat

3.1.3. Les conflits autour du contrôle des monastères

3.2. Les conflits entre les évêques et les autres puissants

3.3. Les confiscations impériales de biens ecclésiastiques et les conflits entre le fisc et les évêques

3.3.1. Les exemptions fiscales en faveur des évêchés et leurs contestations (XIe-début XIIe siècle)

3.3.2. La protection impériale des évêchés contre le fisc au XIIe siècle

Conclusion

Chapitre 5 : Le pasteur en son diocèse : l’évêque, ses fidèles et l’aristocratie

1. L’évêque dans la société provinciale

1.1. Arriver en ville

1.2. L’évêque et son clergé : administration diocésaine et organisation synodale

1.3. L’exercice de l’autorité spirituelle et l’encadrement religieux

1.4. L’autorité spirituelle de l’évêque régulatrice des conflits

1.5. La lutte contre les hérésies

2. Du diocèse à Constantinople : les évêques et leurs réseaux

2.1. Le réseau de Michel Chôniatès

2.2. L’évêque et les pouvoirs laïques : une association nécessaire

2.3. L’évêque protecteur de ses fidèles : réalités et limites

2.3.1. L’exercice d’un rôle et son refus

2.3.2. L’évêque contesté

3. La mémoire épiscopale

3.1. Le culte des évêques défunts

3.2. La sainteté épiscopale

3.2.1. Une sainteté épiscopale dans les marges de l’Empire

3.2.2. Une sainteté épiscopale discrète sous contrôle impérial

3.2.3. Doute et scepticisme

Conclusion

Chapitre 6 : Les évêques et Constantinople : le synode permanent, l’empereur et le patriarche

1. Réalités et limites du tropisme constantinopolitain

1.1. La constantinopolitisation de l’épiscopat au xie siècle et ses suites

1.2. Les mesures incitatives d’Alexis Ier Comnène pour renvoyer les évêques en province

1.3. Le rejet de la présence épiscopale à Constantinople au XIIe siècle

2. Le synode permanent

2.1. Le synode permanent : une institution ?

2.2. La formation et l’application de la norme canonique en synode : l’exemple des normes du mariage

2.3. Les controverses au synode et leurs enjeux politiques

2.3.1. La fabrique du consensus en synode sous le regard impérial

2.3.2. Briser le consensus en synode, s’affranchir du pouvoir impérial

3. L’empereur et ses évêques : entre loyauté et contestation

3.1. Une cour ouverte à quelques prélats importants

3.2. Les évêques au service de l’empereur et de l’Église

3.3. Les évêques contre l’empereur et le patriarche

3.3.1. Déposer le patriarche

3.3.2. Contester l’empereur : une parrèsia épiscopale ?

3.3.3. Participer aux révoltes et aux coups d’État

Conclusion

Conclusion générale

Position sociale et autorité épiscopale

Les provinces et Constantinople

Le gouvernement épiscopal

 

Annexe 1 : géographie ecclésiastique

Annexe 2 : prosopographie de l’épiscopat byzantin (XIe-XIIe siècles)

Liste des abréviations

Bibliographie

Liste des illustrations

Index prosopographique

Index toponymique

126113-09


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :