Palette du ciel dans l'art baroque ibéro-américain (La)

Colonisation de l'esprit et iconophilie chrétienne dans le Nouveau Monde
Juan Carlos BAEZA SOTO
Collection
Studia remensia
Date de publication
8 juillet 2021
Résumé
Lorsqu'un conquérant conscient de sa supériorité colonise un territoire, il ne se sert pas seulement de la puissance des armes et des techniques. Il importe et impose aussi un système de normes, de croyances et des formes d'expression artistique pour asseoir un projet politique qui lui semble d'entrée de jeu légitime. Située aux confins de l'histoire culturelle et de l'histoire des arts, cette étude s'efforce d'ouvrir de nouvelles perspectives sur la création artistique à l'époque baroque dans une Amérique Latine en voie de colonisation par les Européens, en analysant plus particulièrement le contexte d'apparition du syncrétisme religieux. À partir de l'étude minutieuse d'une sélection d'œuvres produites entre le xvie et le xviiie siècle dans la région andine (Pérou, Bo ... Lire la suite
FORMAT
Livre broché
20.00 €
Ajout au panier /
Actuellement Indisponible
Date de première publication du titre 8 juillet 2021
ISBN 9782374961392
EAN-13 9782374961392
Référence 125122-44
Nombre de pages de contenu principal 278
Format 14.8 x 21 x 1.8 cm
Poids 421 g

Préface d'Emmanuelle Sinardet
Introduction

Première partie : l'influence directe de l'Europe dans la production artistique

L'apport de la Bible et de la Renaissance

Enjeux rhétoriques d'un exemplum : l'influence de la Bible et de son imaginaire
Le rôle de l'œil, du cœur et de la personne indigène dans la construction d'une nouvelle vision
Le rôle des gravures européennes dans la construction nouvelle du corps : le Christ devient indigène

L'architecture du corps comme lieu et forme de la conversion

Passion et résurrection : mise en scène du supplice à travers l'enseignement par l'image
Le rôle de l'imprimerie, de la langue et de la métaphore
La croix comme étendard

De l'adoration (latrie) au culte des saints (dulie) : premières réponses contre l'idolâtrie

Destruction et resacralisation de l'espace sacré : la chapelle et l'église comme gravure éidétique de la foi
Corps, sujet et eucharistie chez les hommes de maïs
De la répétition comme règle : la Vierge Marie, entre manifeste idéologique et transfiguration de l'esprit

Seconde partie : la dramaturgie de l'instant : la peinture baroque andine et la résurrection de Wiracocha

L'art de la Contre-Réforme au secours de l'âme indienne

La résistance contre les visages de l'acculturation et de l'oubli : le syncrétisme de la peinture baroque de l'école de Cuzco et Potosí
La grammaire de l'apparat politique
Le recours au maniérisme italien : de la conscience d'une aliénation sublimée

Moralisation de la perception et de l'incarnation : l'humilité passive de la personne comme garantie du sacré

L'exploration d'un continent intérieur : Zurbarán et la cosmogonie polythéiste inca
Exemple de symbiose cosmique entre la terre, les dieux et les hommes
Corps et sexualité : de l'usage de la vision inca comme accès au corps du Christ

Le rôle de l'inclusion dans le devenir du monde

L'usage de la valeur extatique de la souffrance
Le travestissement idéologique des archanges et de saint Jacques matamore
Propagande et religion : la douceur et la grâce comme neutralisateurs de l'Histoire

Conclusion

Lorsqu'un conquérant conscient de sa supériorité colonise un territoire, il ne se sert pas seulement de la puissance des armes et des techniques. Il importe et impose aussi un système de normes, de croyances et des formes d'expression artistique pour asseoir un projet politique qui lui semble d'entrée de jeu légitime. Située aux confins de l'histoire culturelle et de l'histoire des arts, cette étude s'efforce d'ouvrir de nouvelles perspectives sur la création artistique à l'époque baroque dans une Amérique Latine en voie de colonisation par les Européens, en analysant plus particulièrement le contexte d'apparition du syncrétisme religieux. À partir de l'étude minutieuse d'une sélection d'œuvres produites entre le xvie et le xviiie siècle dans la région andine (Pérou, Bolivie, Colombie, Équateur) et au Mexique, dans des domaines aussi divers que la gravure, la peinture, la sculpture ou encore l'architecture, il s'agit de montrer comment l'art du colonisateur intervient comme une instance productrice de normes et de jugements de valeur dans l'espace ibéro-américain indigène. Dans l'Amérique coloniale, le syncrétisme dont témoigne l'art des premiers " créoles ", autrement dit l'assimilation de nouveaux codes et leur amalgame avec le substrat culturel existant, encourage la négation de l'ancienne culture tout en procédant au recyclage d'anciens codes pour donner naissance à des croyances et des formes artistiques nouvelles, un métissage dont les conséquences, à la fois positives et négatives, se manifestent jusque de nos jours.Juan Carlos Baeza Soto est maître de conférences HDR à CY Cergy Paris Université en histoire culturelle, histoire des représentations artistiques et civilisation de l'Amérique Latine.

Recommandations

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire