La supplication



La supplication

Discours et représentation

Coordination éditoriale de Luce Albert, Pauline Bruley, Anne-Simone Dufief

:: Résumé    :: Sommaire    :: Compléments    :: Détails


La supplication est un discours risqué. Acte de langage de « la dernière chance », elle tente d'inverser un rapport de force, ne serait-ce que ponctuellement. On songe aux demandes de grâce, à toutes sortes de placets, aux supplications amoureuses? Et fondamentalement, la supplication dérange, elle a un caractère potentiellement importun et menaçant, puisqu'elle place l’interlocuteur devant la nécessité de répondre. Elle représente souvent une expérience limite pour les interlocuteurs comme pour les spectateurs. Avec le suppliant, entre sur la scène un spectre inquiétant: celui de l’infortune et du malheur, de la souffrance dont nul ne voudrait se tenir responsable – mais aussi la possibilité d’un autre système de valeurs. Elle représente en effet l’appel direct possible à une justice que le suppliant espère envers et contre tout. Son geste même la postule, même s’il ne l’argumente pas explicitement. Cette espérance (qui va du plus concret au plus eschatologique) fait toute la force de la supplication, et pousse celui qui n’a (plus) rien à parler aux puissants. Cette tension vers la justice peut participer à la constitution du présupposé pragmatique, au principe de son ethos: c’est justement l’absolue faiblesse qui autorise le pauvre à parler. Inversement, le supplié étant un puissant, se prête à ce rôle, dans la mesure où il entre dans la scénographie où l’attire le suppliant. Le travail sur le rapport de force suppose donc de subtils réglages en même temps qu’une extraordinaire ouverture à l’inédit du coeur humain.

Qu’il soit écouté et exaucé ou non, le discours de la supplication se prête par excellence à une analyse des actes de langage qui puisse mettre en évidence l’articulation entre les mots (acte locutoire), l’acte (illocutoire) et les effets de la parole (perlocutoire). L’échec ou la réussite dépendent autant du coeur du supplié que de la pertinence des mots, de l’adaptation paradoxale aux circonstances sociales, juridiques, politiques, institutionnelles avec ses valeurs? mais aussi du climat émotionnel où elle se risque. Acte de langage exceptionnel, la supplication se prête ainsi à des études rhétoriques, pragmatiques, mais aussi à une réflexion sur l’esthétique et la dramaturgie. Son intérêt est de couvrir toute la gamme d’élaboration du discours, de l’immédiate requête, à la parole ritualisée et au discours rhétorique le plus construit.

Autant de questionnements que soulèvent les vingt-cinq contributions de l’ouvrage que l’on se propose de lire, en offrant au lecteur un parcours vaste et passionnant allant de l’Antiquité grecque à l’époque contemporaine.

Titre La supplication
Sous-titre Discours et représentation
Édition Première édition
Coordination éditoriale de Luce Albert, Pauline Bruley, Anne-Simone Dufief
Collection Interférences
ISSN 01545590
Éditeur Presses universitaires de Rennes
BISAC Classifications thématiques LIT004130 LITERARY CRITICISM / European
Dewey (abrégé) 840 Literatures of Romance languages
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 ) 3643 Essais littéraires
Date de première publication du titre 26 mars 2015
Subject Scheme Identifier Code      93 Classification thématique Thema: DS      94 Qualificateur de lieu Thema: 1D
Support Livre broché
Nb de pages 388 p.
ISBN-10 2-7535-3694-5
ISBN-13 978-2-7535-3694-4
GTIN13 (EAN13) 9782753536944
Référence 118618-53
Date de publication 26 mars 2015
Nombre de pages de contenu principal 388
Format 15,5 x 21 x 2,8 cm
Poids 537 gr
Prix 22,00 €
 
118618-53


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :