Eisenstein, leçons mexicaines



Eisenstein, leçons mexicaines


Coordination éditoriale de Laurence Schifano, Antonio Somaini

:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


L'œuvre écrite et filmique de S. M. Eisenstein demeure un continent encore partiellement inexploré faute de traductions et de publications complètes, notamment en France. L’ouvrage collectif consacré au film inachevé Que viva Mexico ! sous le titre Eisenstein – Leçons mexicaines se propose de revenir à ce chantier fondateur et aux 14 mois passés par le cinéaste soviétique à sillonner le Mexique, à s’en imprégner, entre décembre 1930 et mars 1932. Les "leçons mexicaines" concernent d’abord l’empreinte dont attestent ces « débris » qui, selon Barthélémy Amengual, « respirent un autre air et une autre force que ses films achevés ». Mais d’autres formes documentent ce point de fracture dans l’œuvre d’Eisenstein et sont analysées : l’activité graphique (ses dessins érotiques sur les motifs de la mort du roi Duncan dans Macbeth, sur la corrida et sur la crucifixion), les écrits sur le montage, sur la composition du plan et sur le cadre, la réflexion sur l’extase, les fulgurants écrits autobiographiques qui reviennent constamment à la « rencontre » avec le Mexique.

Resitué dans la vaste dynamique de fracture anthropologique qui, à partir des travaux de L. Lévy-Bruhl, W. Frazer, A. Warburg nourrit les avant-gardes des années 1930 et inspire G. Bataille, A. Artaud, D.H. Lawrence, le face à face d’Eisenstein avec les stratifications et la puissance d’une civilisation autre, participe de la même énergie transgressive. Mais si les « leçons » qu’il en tire et qui l’occuperont jusqu’à sa mort intéressent en premier lieu le cinéaste échappé pour quelques mois au stalinisme, elles impliquent d’autres cinéastes, à d’autres époques et dans d’autres lieux, dans leur lien hypothétique à ce « second » Eisenstein et dans leur propre rapport documentaire et créatif à l’altérité violente et irrationnelle, « primitive » et historique du réel : Orson Welles, Maya Deren, P.P. Pasolini, Glauber Rocha, Cécilia Mangini, Raymonde Carasco. Et parce qu’elles impliquent autant l’anthropologie et l’archéologie que les domaines du cinéma, des arts visuels, de l’architecture, parce qu’elles engagent toute recherche d’autres formes de conscience, d'autres représentations du temps, d'autres expériences de création, ces « leçons » trouvent aujourd’hui des résonances très contemporaines qui les relient au mouvement des arts dans son entier.

Titre Eisenstein, leçons mexicaines
Édition Première édition
Partie du titre Volume 5
Coordination éditoriale de Laurence Schifano, Antonio Somaini
Collection L'oeil du cinéma
Éditeur Presses universitaires de Paris Nanterre
BISAC Classifications thématiques ART000000 ART
LAN000000 LANGUAGE ARTS & DISCIPLINES
BIC Classifications thématiques A Arts, (the)
Dewey (abrégé) 700-799 Arts
Public visé 05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013 ) 3668 Histoire de l'art, Etudes
3689 Cinéma
Date de première publication du titre 19 avril 2016
Subject Scheme Identifier Code      93 Thema subject category: A
Avec Index ; Notes
Support Livre broché
Nb de pages 424 p. Index . Notes .
Type d'édition Illustrée
ISBN-10 2840162377
ISBN-13 9782840162377
Référence 119878-78
Date de publication 19 avril 2016
Contenu du produit Text (eye-readable)
Nombre de pages de contenu principal 424
Illustrations Illustrations N&B + cahier couleur
21 planches, couleur
Format 15 x 21 x 2,3 cm
Poids 578 gr
Prix 25,00 €
 
119878-78


Le Comptoir dans le Quartier latin

Venez découvrir notre espace de vente et d'animation. Vous y trouverez les ouvrages de nos éditeurs & tous les numéros de leurs revues.
Plus de renseignements
ici


Autres titres dans...

la collection :


les domaines :