Tracés, n°35/2018



Tracés, n°35/2018

Infrastructures, techniques et politiques

Édité par François Jarrige, Stéphane Le Courant, Camille Paloque-Bergès

:: Résumé    :: Sommaire    :: Critiques    :: Compléments    :: Détails


S'abonner à la revue

Retrouvez Tracés sur journals.openedition.org

Revue soutenue par l'Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Apparu dans la seconde moitié du xixe siècle, le mot « infrastructure » a ressurgi de façon spectaculaire dans les discours au début du xxie siècle. Porté par la globalisation et les urgences écologiques, l'usage de ce terme connaît désormais une inflation sémantique qui témoigne de multiples efforts pour repenser les infrastructures existantes et comprendre les nouveaux projets d'aménagement qui se déploient un peu partout dans le monde. Le mot infrastructure connaît au même moment un accroissement considérable de ses usages savants, dans le cadre d’un flux continu de travaux aboutissant à l’émergence de collections, de revues spécialisées et de collectifs de recherche autour de ce thème. Dans le monde anglo-américain en particulier, les Infrastructure Studies, et une série de « tournants infrastructurels » (Infrastructural Turns), ont marqué les sciences sociales. Or le terme est souvent utilisé de façon abstraite pour décrire des réalités et des phénomènes divers. Si l’infrastructure désigne généralement un système technique et matériel de grande ampleur servant de support à des activités ayant une dimension circulatoire et réticulaire – comme le trafic ferroviaire et automobile ou, plus récemment, l’échange de données numériques –, le terme véhicule de nombreuses incertitudes et ambiguïtés quant à ce qu’il désigne, tout comme le concept qu’il recouvre et qui ne cesse d’être mis en question.

Ce numéro de la revue Tracés cherche autant à présenter et à circonscrire les usages contemporains de ce terme, en le réévaluant à l’aune de sa définition matérielle, qu’à souligner, à partir d’une série de cas situés, les liens qui associent ces dispositifs techniques supposés pérennes à un certain nombre d’enjeux politiques et sociaux changeants. Si l’articulation entre la technique et le politique n’est pas nouvelle en soi, il est aujourd’hui essentiel de la mobiliser pour s’emparer à nouveau de l’objet infrastructurel. Alors que les infrastructures industrielles, institutionnelles et financières de la Silicon Valley sont désormais un modèle qui s’étend à de nombreuses régions du monde, que les villes dites « intelligentes » (Smart Cities) accompagnent le déploiement de nouvelles infrastructures urbaines de surveillance et de contrôle, les sciences humaines et sociales ne peuvent se contenter de commenter le processus: elles se doivent également de le démystifier et d’en dévoiler les enjeux.

Nous partons donc d’une définition minimale des infrastructures comme matérialité structurante des sociétés, tout en restant attentifs à leurs aspects a priori immatériels, comme l’information et le langage. En effet, penser de façon critique les infrastructures nécessite aujourd’hui de les saisir dans l’univers d’informations et de discours qui les accompagnent. À travers la question des infrastructures, il s’agit donc bien de penser comment des dispositifs technopolitiques induisent et produisent des structures sociales. En tant que structures techniques pérennes – ou du moins conçues ou pensées pour l’être – non soumis au changement et à l’appropriation immédiats, les infrastructures façonnent les usages sociaux et matérialisent par là même des programmes politiques. Prenant de la distance avec l’apparente neutralité de l’innovation portée par les pouvoirs publics et le discours de l’éthique technicienne, ce numéro entend explorer les conditions et les formes de contraintes contenues dans les infrastructures techniques. En ceci, il tente de penser les infrastructures dans une perspective trop peu convoquée, à savoir celle de leurs pouvoirs instituants.

Titre Tracés, n°35/2018
Sous-titre Infrastructures, techniques et politiques
Édition Première édition
Édité par François Jarrige, Stéphane Le Courant, Camille Paloque-Bergès
Revue Tracés
ISSN 17630061
Éditeur ENS Éditions
BISAC Classifications thématiques SOC000000 SOCIAL SCIENCE
SOC024000 SOCIAL SCIENCE / Research
POL002000 POLITICAL SCIENCE / Public Policy / City Planning & Urban Development
POL024000 POLITICAL SCIENCE / Public Policy / Economic Policy
BIC Classifications thématiques K Economics, finance, business & management
J Society & social sciences
JPA Political science & theory
Dewey (abrégé) 300-399 Social sciences
320 Political science
324 The political process
306 Culture & institutions
Public visé 05 Enseignement supérieur
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013 ) 3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
3283 SCIENCES POLITIQUES
3081 Sciences sociales
3290 Organisation de l'Etat et action publique
Date de première publication du titre 04 décembre 2018
ONIX Adult Audience Rating      01 Tout public adulte
Avec Fascicule
 
Support Livre broché
Nb de pages 254 p. Fascicule .
ISBN-13 9791036200809
Référence 122894-46
Date de publication 04 décembre 2018
Publication Lyon, France
Contenu du produit Text (eye-readable)
Nombre de pages de contenu principal 254
Format 23 x 15 x 1,5 cm
Poids 411 gr
Prix 15,00 €
 
Support PDF
Nb de pages 256 p. Fascicule .
Details de produit PDF
ISBN-13 9791036200816
Référence PDF001144-46
Formats associés Publication numérique basée sur (édition papier) GTIN-13 - (EAN 13) 9791036200809
Date de publication 04 décembre 2018
Contenu du produit Text (eye-readable)
Protection technique e-livre Aucun
Nombre de pages de contenu principal 256
Prix 9,00 €
 
122894-46


 

 

 

Autres titres dans...

la revue :


les domaines :