Le théâtre marocain à l'épreuve du texte étranger



Le théâtre marocain à l'épreuve du texte étranger

Traduction, adaptation, nouvelle dramaturgie


:: Résumé    :: Détails


Jusqu'à la moitié du XIXe siècle, le théâtre était un art étranger au monde arabe qui ne le découvrit qu'en 1847, quand un commerçant libanais du nom de Marun al Naqaš décida de donner la représentation d’une pièce intitulée al Bahíl (l’Avare), largement inspirée de la célèbre pièce de Molière. Depuis lors, l’art dramatique arabe est resté étroitement lié au théâtre européen qui devint et demeure une source d’inspiration inépuisable pour plusieurs générations d’hommes et de femmes de théâtre arabes. Le Maroc, qui ne vit l’émergence des premières troupes qu’à partir des années 1920, n’échappa pas à cet état de fait. Si la première pièce jouée au Maroc fut Salah al-Din al Ayubi (Saladin), une adaptation orientale du roman Le Talisman de Walter Scott, la première pièce marocaine publiée en 1927 fut une traduction de Tartuffe de Molière. Le théâtre étranger, surtout européen, depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui joue un rôle crucial dans le l’évolution du quatrième art au Maroc.

Adaptation, arabisation, marocanisation ou simple traduction, toutes ces formes d’emprunt au texte étranger furent massivement pratiquées par les dramaturges marocains.

Le travail que nous livrons aujourd’hui est le fruit de plusieurs années de recherches et d’investigations. Tout en défrichant des zones jusque-là inexplorées de l’histoire du théâtre au Maroc, nous retraçons la généalogie de la pratique de l’emprunt au texte théâtral étranger en analysant les processus intertextuels et interculturels mis en œuvre dans les pièces et les spectacles adaptés les plus marquants du répertoire marocain.

L’analyse porte sur cinq périodes qui constituent des moments charnières dans l’évolution de cette pratique interculturelle: la période des "premiers contacts avec le théâtre étranger", "celle de l’implantation et de l’adaptation", celle de “la marocanisation et de l’expérimentation”, celle de “la transplantation” et enfin celle des “nouvelles dramaturgies”.

L’emprunt au théâtre étranger au Maroc reste forcément lié à des hommes et des femmes de théâtre qui se sont illustrés dans une pratique particulière de la traduction ou de l’adaptation et/ou ont inventé de nouvelles approches du texte occidental. Une partie importante de ce travail a donc aussi été consacrée à quelques-uns de ces faiseurs de théâtre, comme Mehdi Mnīʿī, ʿAbdessamad El Kenfaoui, Ahmad Tayeb Al-Alj, Tayeb Saddiki, Mohamed Kaouti, Abdalmajid Elhaouasse, Asmaa Houri.

Titre Le théâtre marocain à l'épreuve du texte étranger
Sous-titre Traduction, adaptation, nouvelle dramaturgie
Édition Première édition
Auteur Omar Fertat
Éditeur Presses universitaires de Bordeaux
Mots clés Théâtre marocain
BISAC Classifications thématiques ART060000 ART / Performance
BIC Classifications thématiques AN Theatre studies
Dewey (abrégé) 700-799 Arts
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3690 Théâtre
Date de première publication du titre 20 septembre 2018
Avec Index ; Bibliographie ; Notes
Support Livre broché
Nb de pages 630 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2867818591
ISBN-13 9782867818592
Référence 122832-20
Date de publication 20 septembre 2018
Publication Bordeaux, France
Nombre de pages de contenu principal 630
Illustrations
photographies
Format 16 x 24 x 4,6 cm
Poids 1160 gr
Prix 28,00 €
 
122832-20


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :


autre suggestion :

Product image
Zoubeir Ben Bouchta
L'homme du pain nu
Horizons/Créations