Carlos Sorín



Carlos Sorín

filmer pour rêver


:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Eduardo Rodríguez Merchán – Préface

Avant-propos

La lente éclosion d'un cinéaste

Un parcours atypique (1944-1986)
Un premier film ambitieux (La Película del Rey)…
… qui contient en germe les thématiques soriniennes
Création et folie : la grandeur du fou

Dans la lignée de la supercherie d'Orson Welles : La Era del ñandú

Eversmile New Jersey (1989) : le fou a perdu toute grandeur

Une longue parenthèse avant le retour

« La trilogie des anonymes » (Historias mínimas, Bombón el perro, El camino de San Diego)

Festina lente : une autre temporalité diégétique, une autre façon de tourner
La solidarité avec les humbles
Montrer les effets de la crise, sans pathos
Humour : continuité et renouvellement

L'idole : Diego Diego…

Porosité générique et magie d'un lieu
De la magie à l’idolâtrie

La Ventana (La Fenêtre, 2008) : une « dissection anthropologique de l’âme »

Variations bergmaniennes
Une « poétique de l’espace » : le motif de la fenêtre et l’attention aux objets
L’au-delà et l’ici-bas
Carpe diem
L’heure du passage

Le défi du changement : un thriller à la ville (El Gato desaparece)

Un hommage à Hitchcock
Le métadiscours peut-il tuer l’intrigue ?

En guise de conclusion provisoire…

Annexes

Entrevista a Carlos Sorín, 09.04.2010
Filmographie

114732-44


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :