Le lecteur engagé



Le lecteur engagé

Critique - enseignement - politique

Édité par Isabelle Poulin, Jérôme Roger

:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


On peut s’en étonner, mais la notion d’engagement, réservée de droit aux seuls écrivains, n’est jamais réellement associée aux pratiques de lecture, dont la transparence irait de soi. Une réflexion sur l’engagement des passeurs de textes apparaît d’autant plus nécessaire aujourd’hui que les rapports entre la littérature et le monde moderne ressemblent de plus en plus a des rapports d’exclusion.
Les pratiques d’enseignement ont-elles pris acte de cette marginalisation ? Soucieux d’une spécificité littéraire particulièrement difficile à cerner, les programmes récents mettent toujours davantage l’accent sur les invariants du texte, mais restent discrets, sinon muets sur ce que Roland Barthes appelait la "responsabilité de la forme". De nombreux professeurs débutants, à qui il reviendrait pourtant de sensibiliser les élèves à l’inscription des oeuvres dans la vie de la cité, se sentent démunis et jugent prudent d’éluder la question du politique.
Ce colloque fait l’hypothèse que le malaise dont ils témoignent est le lot de tout lecteur, qu’il soit engagé au titre de critique, écrivain, linguiste, traducteur, professeur, formateur d’enseignants. Les angles d’approche sont donc largement ouverts, et les réponses nécessairement variables, l’essentiel étant d’ouvrir un débat qui dépasse sans doute le seul domaine de la matière littéraire.
On peut s’en étonner, mais la notion d’engagement, réservée de droit aux seuls écrivains, n’est jamais réellement associée aux pratiques de lecture, dont la transparence irait de soi. Une réflexion sur l’engagement des passeurs de textes apparaît d’autant plus nécessaire aujourd’hui que les rapports entre la littérature et le monde moderne ressemblent de plus en plus a des rapports d’exclusion.
Les pratiques d’enseignement ont-elles pris acte de cette marginalisation ? Soucieux d’une spécificité littéraire particulièrement difficile à cerner, les programmes récents mettent toujours davantage l’accent sur les invariants du texte, mais restent discrets, sinon muets sur ce que Roland Barthes appelait la "responsabilité de la forme". De nombreux professeurs débutants, à qui il reviendrait pourtant de sensibiliser les élèves à l’inscription des oeuvres dans la vie de la cité, se sentent démunis et jugent prudent d’éluder la question du politique.
Ce colloque fait l’hypothèse que le malaise dont ils témoignent est le lot de tout lecteur, qu’il soit engagé au titre de critique, écrivain, linguiste, traducteur, professeur, formateur d’enseignants. Les angles d’approche sont donc largement ouverts, et les réponses nécessairement variables, l’essentiel étant d’ouvrir un débat qui dépasse sans doute le seul domaine de la matière littéraire.

Titre Le lecteur engagé
Sous-titre Critique - enseignement - politique
Partie du titre Numéro 26
Édité par Isabelle Poulin, Jérôme Roger
Collection Modernités
ISSN 09866019
Éditeur Presses universitaires de Bordeaux
CLIL (Version 2013 ) 3643 Essais littéraires
Date de première publication du titre 04 février 2008
Subject Scheme Identifier Code      93 Classification thématique Thema: DNL
Support Livre broché
Nb de pages 256 p.
ISBN-10 2867814650
ISBN-13 978-2-86781-465-5
GTIN13 (EAN13) 9782867814655
Référence 112191-20
Date de publication 04 février 2008
Nombre de pages de contenu principal 256
Format 15 x 22 x 2 cm
Poids 476 gr
Prix 23,00 €
 
112191-20


 

 

 

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :