La faucille après le marteau



La faucille après le marteau

Le communisme aux champs dans l'entre-deux-guerres
Jean Vigreux


:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Présentation

Introduction

PREMIERE PARTIE – L'INTERNATIONALE COMMUNISTE ET LA PAYSANNERIE : LES ENJEUX DIFFERENCIES DU CENTRE

Le Komintern et la question paysanne
Lire, relire et prolonger Marx : la matrice du XIXe siècle
Les thèses agraires du Komintern : novations et héritages
Le Komintern persévère pour la conquête du monde
Une concrétisation de cette quête : le Krestintern
La naissance du Krestintern, une déviation paysanniste ?
Le Krestintern dans la « phase agraire » du Komintern (1924-1927)
Des enjeux différenciés : Komintern et URSS
L'ère boukharinienne
La deuxième conférence internationale paysanne de 1927 : expression du renouveau boukharinien avant l'agonie du Krestintern
Mobiliser la paysannerie ou commémorer Octobre 1917 ?
La fin du Krestintern, victime de la stalinisation
Derniers soubresauts et remplacement par l'Institut Agraire International
Regards sur la crise, la montée des agrariens ou fascistes et l'embellie du Front populaire ?

SECONDE PARTIE – LES PERIPHERIES DU CENTRE : LE NATIONAL AVANT L'INTERNATIONALE

L'agitation révolutionnaire, une vague sur l'Europe
L’onde de choc des Révolutions russes
La naissance du communisme sur ce terreau : le cas français
Le Conseil Paysan Français (CPF) : le Krestintern en France
Une naissance difficile ?
Le CPF : une activité réduite ?
La fin du CPF : la CGPT, classe contre classe
La place primordiale de R. Jean : «un notable rouge» ou « le tribun des paysans » ?
Le Front populaire : une nouvelle donne
Un rôle accru pour la section agraire
Front populaire et monde rural : une conquête électorale ?
Les réalisations du Front populaire
D’autres espaces nationaux : les enjeux d’une comparaison
Conseil paysan et communisme en Italie
Conseil paysan et communisme en Allemagne
Le Conseil paysan dans les Balkans

TROISIEME PARTIE – LES ENJEUX LOCAUX : LE COMMUNISME AU VILLAGE

« Petite Russie », « soviets », « kolkhozes » au prisme du local
Des implantations réussies3
Le local mis en avant
L’ère boukharinienne à Dijon : Guido Miglioli et les Journées rurales de 1927
La peur des partageux
Le communisme au village
La vie des cellules rurales
Pour une ethnologie et anthropologie du communisme rural
Rythmes et symboles des cellules rurales
Une contre-société ?
Après 1945, d’autres horizons

Conclusion

114359-39