Aux sources de la poésie ghaznavide (en 2 volumes)



Aux sources de la poésie ghaznavide (en 2 volumes)

Les inscriptions persanes de Ghazni (Afghanistan, XI-XIIe siècles)
Viola Allegranzi


:: Résumé    :: Sommaire    :: Détails


Translittération

Introduction

Remerciements

Chapitre 1 – Ghazni, une capitale culturelle en Iran oriental

Le paysage culturel du monde persanophone entre le ixe et le xiie siècles
Le pouvoir légitimateur de la poésie
Les cours musulmanes orientales comme laboratoires culturels
Les cours iraniennes au IIIe/IXe siècle
Le cénacle des Sāmānides (IVe/Xe siècle)
La production poétique à la cour des Ghaznavides
Les poètes ghaznavides de la « première école »
Les poètes ghaznavides de la « deuxième école »

Histoire et historiographie du pouvoir ghaznavide
Les chroniqueurs ghaznavides
Autres sources sur l'histoire des Ghaznavides
L'État ghaznavide : histoire et rapports avec la région
La fondation de l'État (fin duI Ve/Xe siècle)
La « première période » (première moitié du Ve/XIe siècle)
La « deuxième période » (mi-Ve/XIe - fin du VIe/XIIe siècle)

Chapitre 2 – Les inscriptions persanes de Ghazni et leur contexte archéologique

1 – Les fouilles et les recherches sur les sites islamiques de Ghazni
Les missions archéologiques en Afghanistan jusqu'en 1978
Les recherches récentes (1999-2017)
Les activités en Afghanistan
Les projets en cours
Le palais ghaznavide
Le plan et ses transformations
Le décor architectural
Le marbre
La brique cuite et le stuc

Le corpus d'inscriptions poétiques en persan
L'état de l'art
L'étude de Bombaci (1966)
Les annotations de Monchi-Zadeh (1967)
La contribution de Rugiadi (2007)
Le nouveau corpus

La provenance et le remploi des plaques épigraphiées
Les plaques mises au jour dans le palais
Les plaques relevées in situ
Les plaques relevées ex situ
Inscriptions martelées
Les plaques relevées dans la zone de Ghazni
Les plaques remployées dans les ziyāras
La ziyāra Sulṭān Ibrāhīm
La ziyāra Pīr-i Fālīzvān80
Autres ziyāras
Les plaques de provenance inconnue

Chapitre 3 – La forme des inscriptions

Analyse paléographique
Le style « courant » du corpus
La distribution du texte
Les caractéristiques de l’écriture
Les décors des lettres et les compléments graphiques
Les variantes stylistiques
Comparaisons
Documents épigraphiques de Ghazni
Documents épigraphiques des régions voisines

Analyse prosodique
Méthode et limites
La rime
Le masnavī en mètre mutaqārib : modèles et essais de reconstitution
Texte du masnavī conservé in situ dans le palais
Les fragments en mètre mujtass : deux ou plusieurs poèmes ?

Chapitre 4 – Le contenu des inscriptions 

Les références historiques : teneur et ampleur de la célébration dynastique
Les fragments de titulature
Inscriptions relevées in situ
Inscriptions relevées ex situ
Le langage de la royauté et du pouvoir
Autres titres et offices
Attributs et qualités royaux
L’éloge des ancêtres : une généalogie sélective ?
Les indices internes au corpus
Les témoignages de l’épigraphie et de l’historiographie
Les échos littéraires

Le vocabulaire religieux : les Ghaznavides et la foi islamique
La religion entre foi et science
Les mentions de Dieu et des saints personnages
Les lieux du culte et de l’enseignement religieux
Le masjid
La madrasa

Les inscriptions en vers et la poésie ghaznavide : un répertoire commun d’images et de motifs
Le métier de roi
Les vertus du bon souverain
Le champ de bataille
Le temps et l’espace
Zamīn u zamān
Qadīm u javān
Le monde d’ici-bas
Le monde céleste : un jeu de miroir ?
Le « paradis sublime »
Les matériaux précieux

Chapitre 5 – Les inscriptions et la tradition épigraphique du monde iranien médiéval

1 – Autres témoignages de l’emploi du persan épigraphique à Ghazni 
Inscriptions contenant des mots persans
Balustre aux danseuses
Plaque avec arc outrepassé brisé et inscription contenant le mot jahān
Fragment de plaque avec arc trilobé et inscription contenant le mot ḫāna
La provenance et la fonction : quelques hypothèses
Balustres à décor figuratif
Les plaques à décor d’arcs
Vers persans sur le tombeau dʼAbū Jaʿfar Muḥammad

L’introduction du persan en épigraphie monumentale (Ve/XIe - VIe/XIIe siècles)

Usages du persan dans des inscriptions bilingues (première moitié du ve/xie siècle)
Les inscriptions en arabe et pehlevi des tours funéraires du Ṭabaristān
L’inscription en arabo-persan et sanskrit de Zalamkot, Swat
Les inscriptions de Transoxiane (mi-Ve/XIe - VIe/XIIe siècle)
Le mausolée de Šāh Faḍl à Safid Buland
Le portail du Ribāṭ-i Malik
Les mausolées d’Uzgend
Le « pavillon aux peintures » de la citadelle de Samarkand
L’épigraphie persane aux frontières du monde iranien (fin du VIe/XIIe siècle)
Le mausolée de Muʾmina Ḫātūn à Naḫčivān
L’emploi du persan épigraphique dans les territoires ghūrides

Les inscriptions mentionnées dans les sources littéraires
L’épigraphie des vestiges antérieurs au Ve/XIe siècle
Inscriptions en pehlevi
Inscriptions poétiques en arabe
L’épigraphie  vue par les auteurs ghaznavides (Ve-VIe/XIe-XIIe  siècles)
Les inscriptions comme marques de pouvoir
Les inscriptions comme décor

Conclusions
L’épigraphie persane à Ghazni
Une tradition qui prend forme

Références bibliographiques

Abréviations

Sites internet

Sources primaires

Études

Index
des noms
des lieux

123257-23


 

 

 

Autres titres dans...

les domaines :